« La lionne rouge » de Marion Cabrol

C’est ma tante qui m’a parlé de ce livre. C’est un roman étiqueté « suspens », pas vraiment mon style de livre habituel, mais comme vous le savez si vous me suivez, je suis ouverte à tout style de livre, alors je me suis lancée.

Résumé :

« Le zoo d’Amnéville. Dans le froid de l’hiver lorrain, deux veilleurs font leur ronde de nuit. Rien d’inhabituel, semble-t-il, dans le parc animalier endormi… jusqu’à ce qu’un scintillement attise leur curiosité. Celui d’une lampe torche allumée, braquée sur le bassin des ours polaires.

Au fond duquel semble les scruter le regard terrifié, figé dans une expression d’épouvante, d’un corps sans vie, à moitié dévoré, bercé par le remous de l’eau désormais teintée de sang.

Une plongée dans l’univers sombre du zoo : le quotidien des soigneurs, la vie des animaux en captivité, les trafics, les mouvements activistes… »

Alors oui c’est un livre de suspens, mais surtout violent. Quasiment dès le départ, il y a des passages en italique où la meurtrière explique pourquoi elle en est arrivée là et le plaisir qu’elle prend à tuer et torturer les animaux. Il y a régulièrement ces passages violents, dérangeant, qui je dois dire ne m’ont pas plu et m’ont mis mal à l’aise, et un peu empêché de dormir ! En dehors de ces passages, le suspens m’a aussi empêché de fermer le livre et donc de dormir ;-). Cela dit, en dehors de ces interventions, l’histoire est normale, pour autant qu’un meurtre puisse être normal !

C’est Eric Belt, un enquêteur qui vient d’être débarqué de Paris, après visiblement un acte de violence (décidément !), qui s’occupe de l’affaire. Il regrette beaucoup d’être « dans ce trou paumé ». On suit donc son évolution, en parallèle de celle de la tueuse.

Il y a beaucoup de personnages (un peu trop pour moi : je me suis perdue parfois), car il y a une vingtaine de soigneurs, vétérinaires et secrétaires dans ceux que l’on voit le plus.

L’écriture est tout à fait agréable et la lecture facile, alors n’hésitez pas si vous aimez les romans à suspens, vous allez être servi !

C’est un premier roman, alors je ne vous demande pas si vous en avez lu d’autres de l’auteur ;-). Il vous inspire ?

Bon dimanche soir ! Pour moi c’est le dernier soir avant la reprise et je suis partagée entre la joie de retrouver mes collègues, et mon boulot, et l’envie de rester encore en vacances (ben oui, j’ai encore plein de projets couture/tricot/crochet !). Bonne reprise à vous, si c’est le cas !

Ps: on me souffle que je reprends mardi et non pas lundi 🙃 mon souhait d’avoir une journée de plus c’est réalisé mais je crains pour la mémoire 😂

« De battre la chamade » de Sophie Tal Men

C’est le 3eme de la série, après « Les yeux couleurs de pluie » et « Entre mes doigts coulent le sable » (dont visiblement j’ai oublié de vous parler, tant pis !), j’ai retrouvé Matthieu et Marie-Lou pour de nouvelles aventures.

Résumé :

« En commençant son internat de médecine à Brest, Marie-Lou est très vite happée par le tumulte de l’hôpital. Un concentré d’humanité où les rencontres, les émotions, les disparitions aussi, font grandir, mûrir. Plus qu’un apprentissage, c’est une prise de conscience, sur soi et sur le monde. C’est là que bat le coeur de la vie.
Côté sentimental, les choses ne sont pas moins compliquées… Comment retenir l’instable et insaisissable Matthieu dans ses filets ? Lui qui a dû mettre la médecine entre parenthèses pour retrouver son père disparu ?
On retrouve l’énergie et la fraîcheur de l’auteur des Yeux couleur de pluie et de Entre mes doigts coule le sable dans ce roman du quotidien mouvementé de Marie-Lou et Matthieu. Un chassé-croisé amoureux sans répit, un portrait sans fard du monde hospitalier, des histoires d’amitié, beaucoup de résilience pour une vraie surprise. »

J’ai moins aimé ce tome, je l’ai trouvé un peu fouillis. A un moment, je me suis demandée pourquoi on en revenait à ce point là (les évènements peuvent être racontés par plusieurs personnes) alors que dans mon esprit ça fait longtemps qu’on en avait parlé d’un autre point de vue.

Et puis je dois dire que plusieurs personnages m’ont énervé, dont Matthieu qui a des réactions très surprenantes à ne pas donner de nouvelles pendants plusieurs semaines ! Ou Marie la cheftaine de l’internat qui fait gaffe sur gaffe et se mêle de ce qui ne la regarde pas. Encore une fois je me pose des questions sur la réalité de comment ça se passe dans un hôpital, bien que Sophie Tal Men soit neurologue, donc elle sait de quoi elle parle 😉 mais ce n’est pas comme ça que je vois les choses de l’extérieur !

Cependant, la lecture est restée facile et agréable. J’ai d’ailleurs réservé les 2 autres livres de l’auteur à la bibliothèque, ce sont des histoires différentes et c’est très bien comme ça!

Vous connaissez Sophie Tal Men ? Vous avez d’autres auteurs dans le style à me proposer ?

Bon samedi ! (j’espère publier un autre article demain…celui-ci était pourtant écrit depuis une semaine et la photo prise il y a plusieurs jours!), ici ça va être relativement calme, entre tricot et rangement pour être tranquille pour la reprise lundi.

« La chambre des merveilles » de Julien Sandrel

Je vous parle encore lecture aujourd’hui, car je ne prends pas le temps de faire des photos du reste mais ça va venir -même si je ne suis pas très productive en ce moment !

« La chambre des merveilles » est le premier roman de Julien Sandrel, mais le 3eme que je lis après « les étincelles » et « la vie qui m’attendait » il y a quelques jours. J’ai lu dans l’ordre inverse de l’écriture, et je dois dire que j’aime de plus en plus ! Enfin maintenant il va falloir que j’attende, car j’ai tout lu de l’auteur 😉

Résumé :

« Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère,  Thelma, qu’il est  amoureux pour la première fois, il voit bien  qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part,  fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion  le percute de plein fouet.  Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas  d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.  En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet  sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de  toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait  vivre au cours de sa vie.  Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles,  elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures,  il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à  revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers  elle il aura vécu la vie dont il rêvait.  Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on  a presque quarante ans… »

C’est une énorme coup de coeur, vraiment ! Si vous ne deviez en lire qu’un de Julien Sandrel, c’est celui-ci. Pour une fois je suis d’accord avec les gens (prix des lecteurs Super U 2019).

Encore une fois, je me suis identifiée à l’un des personnages principaux, Thelma, 39 ans et qui remet sa vie en question avec l’accident de son fils. Pour moi, c’était avec le diagnostic de la SEP. D’ailleurs, en parlant similitude, ça m’a fait bizarre : j’ai commencé le livre dimanche soir et lundi, alors que je me promenais dans un parc avec Petite, elle est tombée en vélo et je regardais aussi mon téléphone (on cherchait une géocache!). Heureusement la similitude s’est arrêtée là, nous étions seule dans cette allée du parc (aucun risque de collision donc!) et elle a juste dérapé sur des cailloux. Mais ça m’a sauté aux yeux !

Le livre donc, c’est la plupart du temps Thelma qui raconte. Il y a quelques passages où c’est Louis qui s’exprime, ces passages sont comme une bouffée d’air, de jeunesse et sympas…à part quand il traduit des expressions de jeunes en disant « pour les plus de 40 ans, ça veut dire ça ». En vrai, j’ai plus de 40 ans, mais je crois que j’ai compris toutes les expressions :-p

Les 2 styles sont très agréables à lire et on a vraiment l’impression d’avoir le personnage en face de nous

On est complètement plongé dans la vie de Thelma, on a parfois envie de rire, parfois envie de pleurer, on espère, on est touché. En tout cas, on a vraiment du mal à lâcher ce livre. Je l’ai lu en 3 soirs alors que je me couchais déjà tard (pour moi ;-)) ; il a 265 pages.

Il y a beaucoup d’amour dans ce livre, mais d’amour entre une mère et son fils, une mère et sa fille, une fille et sa mère…. C’est beau 🙂 Ca parle de relations entre enfants et parents, de la place que prend chacun dans la vie de l’autre et comment, et aussi de cette place qui peut changer suivant les évènements.

Vous me direz, c’est encore un livre qui parle de remise en question profonde, mais est ce que ça n’est pas simplement ça la vie ? Avancer sans se retourner et être contraint parfois de faire une pause, et prendre du recul. Est-ce que c’est vraiment ça dont nous avons envie ? Sommes nous heureux comme ça ? Que faut il changer ? Peut être que ça me parle particulièrement parce que je suis/je sors d’une période de remise en question, mais comme je vous disais, je ne suis pas la seule à avoir aimé, que dis-je, adoré ce livre, et je ne pense pas que tout le monde s’identifie à Thelma 😉

Vous l’aurez compris, je vous conseille vraiment cette lecture. Avez vous déjà lu « la chambre des merveilles » ou un autre de Julien Sandrel ?

Bon mercredi ! Ici ça commence sous l’orage…à voir si on peut aller se promener ou si la seule sortie sera à la bibliothèque.

« Habemus piratam » de Pierre Rafaust

J’ai découvert Pierre Rafaust grâce à « La variante chilienne » que m’avait donné un membre de ma famille et que j’ai beaucoup aimé ! Du coup, j’en ai pris un autre à la bibliothèque, et j’ai bien fait !

Résumé :

« L’abbé Francis ne confesse en général que de petites querelles de paroissiennes. Un jour, il reçoit les confidences d’un mystérieux pirate informatique qui s’accuse d’avoir enfreint les Dix Commandements. Avec délice, le prêtre plonge dans des histoires incroyables, comme celles du faux vol de la Joconde, de la romancière à succès piégée par un drone ou de Toulouse privé d’électricité au nom des étoiles. Il met alors le doigt dans un engrenage numérique qui va l’entraîner beaucoup plus loin que prévu… Et, pendant ce temps, c’est également une jolie pagaille dans le paisible petit bourg où tous les secrets semblent impatients de reparaître, fussent-ils enfouis dans les profondeurs du temps ou le coin du pré.

Dans ce quatrième roman, Pierre Raufast allie son talent de conteur à ses connaissances professionnelles en sécurité informatique. Il en résulte un délicieux cocktail d’anecdotes réalistes, d’humour, de suspens et d’espiègleries. »

Ce n’est pas du tout le même style d’histoire que les 3ers (dont « la variante chilienne »), dixit l’auteur, mais j’ai à nouveau beaucoup aimé. Le style d’écriture est très agréable, ça se lit tout seul.

On est plongé dans le monde informatique et du piratage, mais il y a un lexique à la fin (sur le ton de l’humour aussi !). Bon, j’avais oublié, j’ai regardé la première définition quand il a été question du lexique et après j’étais lancée et je n’ai pas pensé à regarder, mais bon, ça n’empêche pas vraiment de comprendre l’histoire.

On est aussi plongé dan le petit village de Chantebrie, et plus précisément dans son église, où Francis reçoit principalement la confession de paroissiennes qui trichent au scrabble.

Je ne m’attendais pas du tout à cette fin-là, enfin à ces dénouements là car il se passe plusieurs choses, je suis même retournée un peu en arrière pour être sure que j’avais bien compris. !

C’était une lecture très agréable et marrante, que je vous recommande !

De mon côté, j’ai réservé les 2 derniers livres de Pierre Rafaust que je n’ai pas lu donc je vous en reparle bientôt ! Vous connaissez ?

Bon dimanche ! Ici, comme à beaucoup d’endroits il fait trop chaud pour que j’ai envie de sortir…alors pour l’instant, je reste au frais, et je vais peut être bien coudre ou tricoter 😉

« La vie qui m’attendait » de Julien Sandrel

J’ai découvert par hasard Julien Sandrel avec « Les étincelles » que j’avais gagné à un concours lors de sa sortie, et beaucoup aimé ! J’ai donc emprunté d’autres livres à la bibliothèques. J’ai commencé par « la vie qui m’attendait », qui n’est pas le premier écrit mais peu importe, les romans sont indépendants.

Je ne sais pas ce qui m’a pris, avant de commencer j’ai pris lu la 4eme de couverture. Et j’ai trouvé qu’on en savait trop ! J’aime bien avoir la surprise (en même temps, je n’avais qu’à pas le lire 😉 ), mais le résumé nous dévoile en gros les 50 premières pages.

Résumé :

« Romane, trente-neuf ans, est médecin ET hypocondriaque. Sa vie monotone bascule le jour où l’une de ses patientes lui dit l’avoir vue sortir en larmes du bureau d’un pneumologue à Marseille. Pourtant Romane est en pleine forme, et n’a jamais mis les pieds dans cette ville.
Troublée par l’impression que ce mystère répond au vide qu’elle ressent depuis toujours, Romane décide de partir à la recherche de cette autre qui lui ressemble tant.
Son enquête la guide vers Juliette, libraire à Avignon. Lorsque les deux femmes se rencontrent, l’évidence s’impose : elles sont jumelles. Comment est-il possible que chacune ignore l’existence de l’autre ? Quels secrets cachent leurs familles respectives ?
En cheminant vers la vérité, les deux sœurs se lancent dans un étonnant voyage entre rires et douleurs… »

Après cette impression de déjà-su, et même avant je l’avoue, j’ai été embarquée dans l’histoire invraisemblable de Romane et Juliette, et j’ai avancé en même temps que Romane dans les secrets.

Les personnages m’ont beaucoup plu ! Je me suis sentie proche de Romane et Juliette, par leur âge, leur façon de vivre (bien qu’absolument différente en apparence), leurs loisirs et leur comportement..Elles pourraient être des amies.

Difficile d’en parler sans trop en dévoiler, mais tous les personnages sont attachants. Je ne suis pas très expressive quand je lis (ni en général) mais vraiment on passe du rire aux larmes dans ce roman !

J’ai adoré par exemple lorsque la petite Marie chante « la chanson d’une princesse gelée qui donne envie de haïr la liberté » (je n’ai plus les termes exacts, car il en parle 2 fois). On sent bien le vécu !! (et comme je le suis sur Instagram, je sais qu’il a une petite fille 😉 ).

L’écriture est très agréable, ça se lit (dévore) tout seul ! C’est une belle leçon de vie aussi. La roue tourne dans tous les sens, il faut oser se remettre en question et se lancer. J’ai adoré la bienveillance qui ressort de ce livre, ça fait du bien !

Je l’ai commencé il y a 3 jours, avec du mal à m’arrêter à chaque fois…hier soir, j’ai fini par me relever, zut quel dommage, je n’arrivais pas à dormir…et je suis allée au bout, couchée à 2h30, un peu dur ce matin, mais aucun regret ! C’est vraiment un coup de coeur ce livre !

J’ai le 3eme sur ma table de nuit (1er en fait), et je suis quasiment sure que je ne serai pas déçue (verdict la semaine prochaine).

Vous connaissez Julien Sandrel ? Vous vous en doutez, je ne peux que vous le recommander !

Bon jeudi ! Pour nous ça va être créatif (crochet et couture) et au frais principalement !