« Demain est un autre jour » de Lori Nelson Spielman

Encore un article lecture… non pas que je ne fasse que ça, mais tricoter ça prend du temps (je finis la 1ere manche du pull de Grande), j’espère bien vous le montrer la semaine prochaine) et coudre… j’ai pas envie et ce que je couds ne me donne pas satisfaction 😮 Pourtant, j’ai plein d’idées, le tissu… Bref, ça va revenir !

Comme je vous le disais lors de mon avis sur «Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie» Virginie Grimaldi , ma mère m’a donné une dizaine de livres. Le premier que j’ai lu, choisi par Toute Petite parce qu’il y a un parapluie sur la couverture :-D, c’est « demain est un autre jour ».

https3a2f2fpmcdn-priceminister-com2fphoto2fdemain-est-un-autre-jour-de-lori-nelson-spielman-975026740_l.jpg

Résumé :

Brett Bolingher vient de perdre sa mère, Elisabeth. Au lieu d’avoir directement sa part d’héritage comme ses frêres, sa mère lui a laissé une liste d’objectifs à atteindre en 1 an. D’abord interloquée, elle va finalement se plier aux derniers souhaits d’Elisabeth. Ceux-ci sont de divers ordres et basés sur une liste que Brett, elle même, avait écrite lorsqu’elle avait 14 ans : avoir un bébé, un cheval, un chien, rester toujours amie avec Carrie, tomber amoureuse, être enseignante… A chaque fois que Brett valide un objectif Brad, avocat chargé de la succession, lui lit et remet une lettre de sa mère.

Encore une fois, je me suis demandée si j’avais déjà lu ce livre 😀 , il est fort possible que je l’avais commencé lors de vacances chez ma mère. Mais cette impression de déjà vu ne m’a pas gêné du tout. Je me suis encore une fois très vite attachée à l’héroïne, Brett. J’ai eu envie de la consoler, de l’encourager .. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, même si on devine assez facilement la fin ou ce qui va se passer ensuite.

J’adore l’idée que sa mère voulait rendre sa fille heureuse, ou plutôt que sa fille se rende heureuse, en la forçant à changer ce qui n’allait pas dans sa vie, même si cela devait passer par des moments difficiles.

C’est très idéalisée – comment Elisabeth a pû prévoir certaines choses ? – mais cela n’enlève rien au charme de ce roman, qui est très agréable à lire. Et puis ça montre qu’il faut oser faire les changements nécessaires pour atteindre nos objectifs. Je ne me suis jamais amusée à faire une liste de choses que j’aimerai faire ou avoir fait avant tel âge – je suis plutôt du genre à faire les choses quand j’y pense, quand j’en ai envie (même si ça peut mettre un certain temps…) mais je trouve ce concept sympa.

Encore un livre que je vous recommande, pour les vacances ou pour une lecture sans prise de tête !

Quelque chose ne va pas aujourd’hui ? « Demain est un autre jour », les choses seront différentes !

(c’est grosso modo ce que disait Elisabeth à Brett !).

«Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie» Virginie Grimaldi

«il est 5h, Paris s’éveille…» et je n’ai toujours pas sommeil !

Toute Petite adore la lune. Hier soir (avant hier en fait du coup), je voulais lui montrer l’éclipse, sauf que nous sommes en vacances à la montagne et que la lune s’est cachée derrière…j’ai fini par la coucher à 22h30. Et on en a fait autant peu après  Sauf que je me suis relevée à 23h15, après avoir lu un peu: j’avais oublié de noter dans mon carnet que j’avais fini le rang (les tricoteuses me comprendront, les autres me prendront pour une folle, mais vu la suite…). Bref, la lune était sortie de sa cachette, plus rousse mais avec un petit quartier. Du coup je suis retournée chercher mon chéri, on a pris qqs photos (mais bof) et j’ai fortement hésité à réveiller ma puce (4 ans et demi)…son papa m’a dit non, ce que j’ai pensé le plus raisonnable, mais j’étais déçue pour elle 😦 tellement déçue que j’ai eu du mal à m’endormir ..je me suis finalement endormie quelques minutes mais réveil en sursaut. Quand je me suis relevée, on ne voyait plus que la pleine lune ou quasi, donc trop tard. Quand je vous disais que vous alliez me trouver folle..

Re bref, j’ai fini par aller chercher mon téléphone pour avoir de la lumière et j’ai pris mon livre. Je n’ai pas voulu aller dans une autre pièce, pour arrêter dès que le sommeil viendrait…Sauf qu’il n’est pas venu et que j’ai lu les 300 pages sur à peine 400 qui restaient!!

J’ai acheté ce livre jeudi soir, après avoir fini «l’homme idéal existe, il est québécois» de Diane Ducret mercredi.. rassurez vous, il me reste 2-jours de vacances mais ma mère m’a apporté 7/8 livres donc je ne repasserai pas par la librairie 😉 et en plus je peux laisser celui là aussi à ma mère, en échange !

Le livre, enfin !! Je ne vais pas vous surprendre si je vous dis que c’est un coup de coeur ? 😉

J’ai lu avec plaisir il y a quelques temps « Tu comprendras quand tu seras plus grande » de Virginie Grimaldi

Et j’avais envie d’en lire un autre de l’auteur, donc à librairie (remarquez, si j’avais su que je lirai aussi vite, j’aurais tenté la bibliothèque!), c’est ce que j’ai cherché et trouvé avec joie.

Le-parfum-du-bonheur-est-plus-fort-sous-la-pluie

Résumé :

 » Je veux qu’on divorce ». Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

J’ai beaucoup aimé partager le quotidien de Pauline, entre son fils Jules, son ex Ben – qu’elle essaie de reconquérir, ses parents, ses frères et soeurs…c’est une grande famille, avec des personnes plus ou moins attachantes (j’avoue la grand mère aigrie j’ai eu du mal ;-)).

Ce livre se lit très bien, vous vous en doutez, sinon je ne l’aurais pas lu pendant la nuit !

Il n’y a pas que du positif, mais à ce qu’il paraît la vie est parsemée d’épreuves – moi je préfère vivre chez les Bisounours, pour faire semblant… mais ce livre fait en plus réfléchir et on comprend pourquoi telle ou telle personne réagit comme ca (grand-mère aigrie comprise). On comprend l’impact des divers événements sur la vie des gens, dans la vraie vie. De toutes façons, les personnages semblent bien réels et on a l’impression de faire partie du récit (c’est Pauline qui raconte).

En lisant ce livre, on passe du rire aux larmes au rire.

Ah oui et petit plus, le personnage principal, Marine et son mari Greg, du livre précédent vient nous faire un coucou 🙂

J’ai adoré ce livre et j’espère bientôt lire les 2 autres de l’auteur!

Vous connaissez Virginie Grimaldi? Vous aimez ?

ps: le plus drôle c’est que Toute Petite a à peine regardé les photos… 😉 mais j’aime autant, vu l’état dans lequel elle peut se mettre pour des choses qui nous paraissent insignifiantes.

«l’homme idéal existe, il est québécois» Diane Ducret

Ah ca fait du bien les vacances, je prends le temps de lire…

Ce coup-ci, c’est un livre récupéré lors d’un troc livres du mois de mai. Il n’aura pas trop traîné dans ma table de nuit ! (Certains attendent depuis des années…).

Description (4ème de couverture) :
«Bonne nouvelle : l homme idéal existe ! Il ne parle pas : il jase. Il n embrasse pas : il frenche. Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle. Vous l aurez deviné : il est Québécois. ».

C’est un livre parfait pour les vacances (ou les transports) : pas de prise, pas de leçon de vie (chose que j’aime bien cela dit, comme dans «L’épopée du perroquet» de Kerry Reic ou « Tu comprendras quand tu seras plus grande » de Virginie Grimaldi).

Que du blabla léger, des comparaisons français /québécois (un peu trop) et quelques actions, si on peut dire.

Au départ, on a une description des différents types d’homme qu’elle a rencontré (un peu ch… ). Enfin, on est au Québec au début puis elle fait un retour en arrière pour nous expliquer comment elle en est arrivée là.

Ce n’est pas un livre qu’on a envie d’avancer pour savoir ce qui se passe mais il est sympa (et rapide) à lire! Je l’ai lu en 3/4 fois. Et y a pas à réfléchir – ce qui est parfait pour lire en terrasse, sur la plage ou ailleurs dans un environnement qui bouge 😉

Alors, vous connaissez l’homme parfait ? 🙂

«L’épopée du perroquet» de Kerry Reichs

Quand j’ai vu cette couverture à la bibliothèque, j’ai tout de suite été emballée !

Et le résumé au dos du livre a confirmé mon envie de le lire :

« En voiture ! N’oublie pas l’oiseau ! » Avec cette sage recommandation d’Oliver, le perroquet, le signal du départ est donné. Car rien ne retient plus Maeve, 25 ans, qui vient de perdre son boulot et le soutien financier de ses parents. Au volant de sa vieille guimbarde, le bavard volatile à ses côtés, la voilà partie pour Hollywood, la ville de tous les rêves. Un voyage vers un nouveau destin qui prend fin bien vite, dans un grand soupir de moteur, au beau milieu d’une ville perdue du fin fond de l’Arizona… Une petite bourgade certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve va le découvrir le temps de changer quelques pièces importantes de sa voiture… et, peut-être, de sa vie.

»

J’ai adoré ce livre ! Même si ca commence mal car Maeve nous apprend qu’elle a perdu sa meilleure amie d’une leucémie… Ca calme.

On suit avec plaisir ses aventures à travers le pays, avec Elsie sa voiture (j’ai eu du mal au départ à me souvenir que c’était sa voiture !) Et Oliver, le perroquet.

Maeve fait un voyage initiatique de sa vie d’adulte et elle est vraiment très attachante. On a presque envie de la prendre dans ses bras..

C’est vraiment un gros coup de coeur ! Vous remarquerez que mes coups de coeur sont souvent pour des livres qui nous font voir la vie du bon côté…même si ce n’est pas toujours facile à appliquer au quotidien !

Je vous souhaite une belle journée ensoleillée, pleine de petits bonheurs !

Ps: désolée pour la mise en page mais je suis en vacances et j’écris depuis mon téléphone (j’ai un peu du mal à faire ce que je veux avec l’appli wordpress). J’ai fini le livre hier soir et là je suis «coincée» dans ma chambre : réveillée depuis 1h30 par mon chéri parti voir le Tour de France, si je bouge, je réveille potentiellement mes 3 filles – et j’aime autant qu’elles dorment ! 😉 alors j’en profite pour écrire et rattraper mon retard dans les articles à lire !

«Dolores Clairbone» de Stephen King

J’ai beaucoup hésité avant de prendre cet audio-livre. En effet, quand j’étais ado et grande ado, j’avais pour habitude de lire tous les livres d’un auteur quand il me plaisait…là comme ça, je ne me souviens que de Boris Vian et Stephen King (et d’autres dans le style, mais j’ai plus les noms..). Et je ne me souvenais plus si j’avais lu celui-ci. A vrai dire, vu qu’il est sorti en 93, y a de grandes chances que je l’ai lu car ma période Stephen King était peu après.

Et puis j’avoue que je ne suis plus trop «livres qui font peur». J’ai un souvenir en particulier de «ça» qui m’a bien fait flipper !!

dolores-claiborne-de-stephen-king-livre-audio-cd-mp3-et-telechargement

Mais bon, je me suis lancée et je n’ai pas regretté ! J’ai tout de suite accroché ! La voix d’Elodie Hubert est très agréable, bien qu’un peu jeune pour être une femme d’une soixantaine d’années. Ca m’a un peu perturbé au départ (oui il en faut peu!), mais je me suis habituée.

Ce roman est en fait le monologue de Dolores Clairbone, interrogée par 3 policiers (Andy, un ami d’enfance, Nancy qui enregistre et…. Je ne sais plus :-o). Elle raconte sa vie, comment et pourquoi elle a tué son mari, et pourquoi elle n’a pas tué Vera Donovan, pour laquelle elle a travaillé la majorité de sa vie et qui vient de mourir accidentellement. Cela se passe principalement sur l’Ile de Little Tall, dans le Maine (Stephen King vit à Bangor, dans le Maine, et la majorité de ses histoires s’y déroulent, de mémoire).

J’ai beaucoup aimé les rebondissements de l’histoire. On sait dès le départ qu’elle n’a pas tué Vera et elle nous explique, entre autre, qu’elle aurait pû (vouloir) le faire bien d’autres fois… On voit de la solidarité féminine entre « garces », comme elles (Vera et Dolorès) le disent.

Il y a des passages un peu dur : un peu flippant ou un peu « gerbant », et je vous avoue que parfois juste après le petit dej, c’était dur 😉 mais bon, c’était de chouettes moments et je suis ravie d’avoir retenté l’expérience avec Stephen King.

Passez une bonne soirée de lecture (ou journée ensoleillée)  !

 

« Labo sexo : bonnes nouvelles du plaisir féminin » d’Elisa Brune

Allez j’ose 😮

Comme je vous l’ai dit, je suis bénévole dans une petite bibliothèque et lors d’une de mes dernières permanences, il y avait ce livre mis en avant. J’étais toute seule, j’ai feuilleté et j’ai été séduite !

Mise en page 1

Alors si je vous en parle, vous pensez bien que c’est pas un livre « pratique », mais bien un livre culturel.

Elisa Brune fait la comparaison entre différentes cultures, différentes époques, puis nous explique où en sont les recherches, car oui il y a des recherches sur le sujets depuis une vingtaine d’années.

J’ai trouvé ce livre vraiment très intéressant. On y apprend par exemple qu’à un moment, on pensait que le summum du plaisir féminin (je n’utilise volontaire pas le mot pour éviter d’être référencée comme un site pas « fréquentable » !) était utile pour avoir des enfants en bonne santé, puis que non… donc ce n’était plus utile. Ou que les masseurs mécaniques (c’est un peu capilotracté !) avait été inventé parce que les médecins en avait marre de masser les femmes (fin du XIXeme) pour les calmer…je vous laisse imaginer 😉

Il y a plein d’anecdotes, d’expériences expliquées.. On ne s’ennuie pas !

Ce livre est divisé en 80 petits chapitres de quelques pages, et j’ai apprécié ! (vous commencez à connaitre mon amour des chapitres, que j’aime particulièrement pour la lecture avant de dormir !). La plupart des chapitres sont illustrés de dessins humoristiques très sympas !

J’ai choisi une illustration qui va bien dans le thème du blog 😉

IMG_20180626_175441

Certains bruits font beaucoup d’effets.. « Labo sexo » Elisa Brune

En conclusion, n’hésitez pas si le coeur vous en dit !

« #la mère coupable » Caroline Fourment

Lundi matin, de bonne heure et de bonne humeur, une collègue est passée me voir en tendant son livre en me disant « j’ai pensé à toi en le lisant, je suis sûre que tu vas te reconnaitre ». Et là, je n’avais qu’une envie… me mettre à lire ! J’avoue, j’ai parcouru une page, au milieu (pour être moins tentée de continuer 😉 ).. et le peu que j’ai lu m’a donné envie de continuer !

Ce livre, c’est « #la mère coupable » Caroline Fourment.

la-mere-coupable

Lundi soir, au lieu de reprendre mon livre actuel, j’ai pris celui-ci.

Caroline Fourment est une blogueuse, blog du nom du livre ;-), qui y « raconte sa vie ».

Le petit roman (150 pages) se lit très vite. L’écriture est fluide et agréable, quoi que un peu trop blog par moment (plusieurs fois, en parlant de Monsieur Papa, la mise en forme est avec 3 cases au choix à cocher, ça m’a perturbé 😉 ).

La « Mère coupable » a 40 ans, 3 enfants dont une ado… jusqu’ici c’est moi (ou presque Moyenne étant ado aussi !). Elle nous explique son partage entre son ras le bol du quotidien (répéter 50 fois les choses, ranger, faire des lessives….) et sa volonté de partir sur une île déserte. Elle nous raconte les petits défauts de ses enfants, les siens et ceux de son mari aussi, sa crise de la quarantaine.. Mais ça passe tout seul, c’est très sympa !

Le seul gros défaut de ce livre ? C’est que c’est trop réaliste ! Quand par exemple elle dit, « Miss Tarte au maroille est au milieu. Elle crie depuis sa naissance pour se faire remarquer, comme tous les enfants du milieu » (citation de tête)… je vois très, trop bien de quoi elle veut parler (d’autant que je suis aussi du milieu :-p).

Alors voilà, si vous avez envie de lecture facile, allez y sans hésiter, même si vous n’avez pas 40 ans ! On passe un bon moment à lire « la mère coupable » :-). Ca vous tente ?

Pour ma part, je vais le passer (sur demande de ma collègue) à une autre collègue, qui je suis sûre va se reconnaître aussi !

Merci S. pour le prêt !