« La délicatesse du homard » de Laure Manel

Il y a quelques temps, une collègue m’a prêté « « La mélancolie du kangourou » de Laure Manel. J’avais adoré… et cette même collègue adorable, m’a prêté « la délicatesse du homard », toujours de Laure Manel. Merci à toi T. ❤

la-delicatee-du-homard

Je n’ai même pas lu le résumé avant de me lancer, parce que j’allais le lire de toutes façons et j’avais envie de tout découvrir.

Mais le voici :

 » Derrière la carapace, il y a une délicatesse subtile et insoupçonnée…

François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ? »

Je vais couper court à tout suspens… j’ai adoré 😉 2 soirs même je suis allée me coucher très tôt (20h30) car j’étais fatiguée et finalement j’ai lu jusqu’à 22h !

Encore une fois, les sujets abordés sont durs, et j’aurais tendance à dire « âmes sensibles s’abstenir », mais malgré ma sensibilité, j’ai vraiment aimé lire ce livre. L’écriture est vraiment agréable. Les chapitres alternent entre la vision des choses d’Elsa et celle de François, parfois le même évènement, parfois la suite. Ca rend le livre encore plus vivant et sympa à lire !

Et puis ça se passe en Bretagne, certes du côté de Brest que je ne connais pas du tout, mais ça fait toujours plaisir quand il y a des éloges sur sa région ! Lyon, ma ville d’origine, est aussi mentionnée plusieurs fois. J’aurais pû écrire ce livre 😉

Vous l’avez lu ? Vous avez aimé ?

Bonne semaine !

 

Pull Camionneur de Bergère de France

Enfin !! Depuis le temps que j’en parlais, je peux enfin vous le présenter !

img_7048_censored

Dans la série je fais un pull par personne de la famille, voici celui pour mon chéri (celui de Toute Petite, celui de Grande et le mien). Les exigences étaient simples, mais pas si facile à remplir : un pull camionneur en gris chiné !

J’avais commencé un modèle, sauf qu’il était tricoté en fil double et ça ne me plaisait pas : le fil est déjà épais et le tricoter en double n’était pas agréable. Je l’ai tricoté en simple…sauf que bien sur, une fois que le dos était fini, je me suis aperçue qu’il serait trop petit. Réellement il faut que je me réveille : j’avais bien fait un échantillon mais visiblement je l’avais mal interprété !

Bref, j’ai donc changé de modèle pour faire celui ci : Pull Camionneur Bergère de France, en fil simple et sans me tromper sur l’échantillon 😉

Il est assez simple à faire, mais ça reste long ! C’est un pull qui se tricote à plat (donc quelques heures de couture derrière).

Je le trouve bien réussi (vous avez vu mes belles côtes ? J’ai fait des progrès !).

Seul problème, Monsieur trouvait les manches trop serrées alors j’ai rajouté une pièce (j’imagine la tête de ma mère quand elle lira ça, je sais, ce n’est pas très normal 😉 ) .. une douzaine de mailles en haut et plus que 4 en bas. Si j’ai le courage, je referai les manches plus larges cet été, mais ça ne se voit pas trop, qu’il y a 2 coutures (enfin disons qu’on en voit qu’une à la fois), mais ça lui convient comme ça !

Je le trouve cela dit presque trop large maintenant au niveau des bras …

img_7047

J’ai mis 2 mois à le tricoter… comme d’habitude 😀 je mets toujours le même temps quelque soit la taille 😉

Niveau laine, je voulais de la laine respectueuse de l’environnement, c’est de la Cyrano de De Rerum Natura : « Des fils écologiques et éthiques, aussi doux et beaux à tricoter qu’à porter, qui réinventent la laine de pays et façonnent un avenir où il y aurait des moutons dans les montagnes, des petites filatures florissantes et toutes sortes de tricoteuses heureuses… ». J’ai beaucoup aimé la tricoter et ça ne sera surement pas la dernière fois que j’en prendrai une de cette marque là (j’ai déjà un projet en tête !!) ! Cela dit, comme c’est lavage à la main recommandé, je vais les réserver pour les adultes qui se salissent moins (et perdent moins leurs affaires !).

Voilà donc un gros projet de fini ! Le prochain devrait être mon châle, commencé en septembre 😮 (j’en vois le bout).

En tout cas, il est content !

Bon lundi !

« Chère Mamie » de Virginie Grimaldi

La semaine dernière, je suis allée à la grande ville :-p et j’en ai profité pour faire les magasins. Cela dit j’ai été très raisonnable et je n’ai presque rien acheté qui n’étais pas prévu (et y avait pas grand chose de prévu non plus). Ce livre faisait parti des imprévus… Oui je suis faible. Vous savez, cet état de bien être, où pour une fois je n’ai que MOI à m’occuper, où même faire des courses alimentaires est un bonheur ? C’est ça ! Et du coup, on se lâche un peu (à 5€, c’est un craquage relatif!). Après une journée de formation, j’avais un RDV mais entre les 2 donc, un peu de magasins. J’avais fini l’achat de l’indispensable et je suis rentrée dans l’antre de la culture. J’avais juste pris des gommettes pour Toute Petite (pour  décorer les couronnes lors de son anniversaire avec les copains) et un stylo 4 couleurs pour Moyenne, qui avait perdu le sien (le bonheur absolu). Et puis en faisant la queue à la caisse, j’ai aperçu :

chere-mamie

Comme je ne suis pas du tout l’actualité littéraire (ni la « normale » d’ailleurs), je n’étais pas au courant de cette sortie. Je regarde la 4eme de couverture, ça a l’air sympa. Et puis bon, les bénéfices sont reversés à l’association CKDB (qui oeuvre pour les enfants hospitalisés), donc rien que pour ça, je l’ai pris (quand je vous disais que j’étais faible).

Je ne l’ai pas commencé dans le train juste après (j’ai tricoté !), mais à la maison le soir. Ca se lit hyper vite, et j’ai eu du mal à m’en décrocher.

Néanmoins, ce n’est pas un coup de coeur. C’est très sympa à lire, écrit dans un style simple – puisque ce sont des mails à sa grand-mère, à qui Virginie Grimaldi raconte des anecdotes de ces journées. Mais j’ai fini par m’en lasser. J’aurais tout à fait pu poser ce livre, pour le reprendre plus tard, mais j’en ai déjà un encours (13 à table, pour les Restaus du coeur cette fois ci !) mais je n’ai pas envie de cumuler les livres en cours (ce n’est pas comme les projets tricot / couture 😉 ).

J’ai souri plein de fois, même ri une fois ou deux (et à vrai dire, c’est rare que j’exprime ce que je ressens en lisant !), et je crois en y réfléchissant que ce qui m’a manqué c’est une véritable histoire où on a envie de savoir la suite. Je lisais parce que c’était agréable à lire (et c’est déjà beaucoup !), mais pas pour savoir ce qui allait se passer. Je ne regrette pas du tout cet achat, et je reste attachée à cette auteure : d’ailleurs, je vais bientôt avoir « il est grand temps de rallumer les étoiles », puisqu’il est arrivé dans ma bibliothèque et que je l’ai réservé !

Avez vous succombé à ce livre ?

 

Un lit de poupée à 4 mains !

Toute Petite a eu 5 ans ! Après la cuisine-établi pour ses 2 ans et la marchande pour ses 3 ans, cette année nous nous sommes unis pour lui fabriquer un lit de poupée.

img_7025

Il faut dire qu’il y a dans cette maison une quinzaine de poupées (voire plus..)… une maison de filles ! Et le lit de poupée de Moyenne ne suffit pas, même s’il n’y a que Toute Petite qui joue (ou presque).

Monsieur Papa avait repéré cet été ce lit dans un magasin lors de vacances à la montagne et il l’a refait.

Un lit qui balance avec des coeurs, le bonheur, non ?

Et puis pour que les  poupées soient bien installées, un matelas, une couverture et un oreiller. La couverture et l’oreiller sont réversibles, avec une couche de ouate. La matelas est rembourré avec le matelas à langer de la miss, qui était pile à la bonne taille ! (la partie du milieu). J’ai tout fermé avec des pressions, histoire de pouvoir laver si besoin.

J’ai eu du mal à prendre les photos : il fallait assez de lumière quand j’étais dispo (et semaine bien chargée !) et en plus… il ne fallait pas réveiller les bébés 😉 J’ai profité qu’elle jouait avec ses copains (oui en pleine fête d’anniversaire :-o) pour faire des photo au soleil, et je me suis quand même faite gronder, mais tant pis, il faut savoir prendre des risques !

Le matelas a été coupé dans un ancien drap, les tissus étoiles sont dans mon stock depuis un certain temps !

Bon dimanche sous le soleil (on y croit !).

Défi : Je couds pour mon homme : des boxers Warren d’Eclipse lingerie

Bonjour !

Aujourd’hui, je triche un tout petit mais je voulais faire l’article le bon jour pour le défi de Nabel – je couds pour un homme.

En plus, ça marche aussi pour je déstocke et je recycle ! Je vous montre, vous allez comprendre 😉

img_6844

J’ai déjà fait 3 boxers à mon chéri (version 1 et 2 et Opération déstockage#1 : boxer et t-shirt assortis) et il les met très souvent, alors j’en ai refait 2 – avant qu’il en rachète !

Alors j’avoue ma triche : le vert n’est pas fini.. J’avais coupé l’élastique de la ceinture, et avant de continuer à la coudre, j’ai voulu vérifier la taille. Les autres boxers avaient en fait une ceinture beaucoup plus petite, du coup j’ai recoupé un peu, mais quand mon chéri est arrivé, je lui ai fait essayé la 2eme ceinture, que j’avais juste cousu bout à bout et ça allait mais c’était presque trop serré (pas le même élastique que sur les autres). Bref, j’ai laissé en plan ! Je finirai ce soir..

C’est un tissu de mon stock (oeko tex, c’est écrit dessus)…je ne sais plus d’où !! Et c’est un tissu qui me plait bien, avec lequel j’ai l’intention de me faire un t-shirt. A suivre !

Le gris c’est du recyclage : un de mes t-shirt Plantain ! Les coutures n’ont pas bien tenu, alors hop, c’est devenu un caleçon!

J’ai fait toutes les surpiqures en noir.

Désolée pour les photos pourries, mais je les ai refait ce matin. Celle d’hier, faite avec mon téléphone, je n’ai pas réussi à les transférer pour les retravailler… mais les vraies couleurs c’est ça :

Le patron : Warren d’Eclipse Lingerie

A refaire, évidemment !

Et vous savez quoi, ça a bien failli être « je tricote pour un homme » (on a le choix dans ce défi, tant que c’est pour un homme). Le pull pour mon chéri est presque fini : plus que le col, je m’y remets ce soir (hier soir j’ai fait et défait !).

Bonne journée !!

 

 

« Une esclave moderne  » Henriette Akofa

Après avoir fini « Ce que je peux te dire d’elles » d’Anne Icart, qui venait de la bibliothèque, j’ai plongé la main dans ma table de nuit et j’en ai retiré « Une esclave moderne » d’Henriette Akofa, plein de poussière. Hum hum. Et j’ai commencé à le lire, après avoir rapidement parcouru le résumé.

9782840985488-200x303-1

« Henriette a quinze ans lorsqu’elle arrive du Togo à Paris. On lui a promis monts et merveilles, et surtout qu’elle irait à l’école. Au lieu de cela, elle va trimer pendant quatre ans sans relâche, sans salaire, sans papiers, sans un coin à elle pour pleurer en paix. Abandonnée par sa lointaine famille qui ne croit pas à sa misère, surveillée, humiliée, elle doit tout subir dans la peur, jusqu’à tomber malade, jusqu’à ne plus penser… Elle a écrit ce livre, sans haine ni sensiblerie, pour se libérer de sa souffrance. Mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui demeurent aujourd’hui exploités, parfois battus, privés de leur dignité humaine, dans un monde lisse et barbare : le nôtre. « 

Et je suis restée scotchée à ce livre que j’ai dévoré en quelques soirs seulement : il fallait que je sache. Ce n’est pas un livre coup de coeur, mais plutôt « coup de choc ».

Si  vous me suivez, vous savez que je suis plutôt dans la bienveillance et là vraiment, Henriette est traitée comme de la merde : exploitée, humiliée, négligée… J’en suis presque restée bouche bée.

Dans mon monde de bisounours, je sais bien que les êtres humains ne sont pas forcément tendres entre eux, mais là ça a dépassé les limites de ce que je pouvais imaginer. D’autant que cela se passe en France (c’est une histoire vraie) il n’y a pas si longtemps, et que c’est malheureusement probablement encore le cas d’un certain nombre de personnes.

Et ce qui m’a d’autant plus choqué, c’est cet esclavage soit fait par des Togolais ou des Africains, soit finalement des personnes qui ont / aurait pû être dans la situation d’Henriette : rêver d’aller en France pour étudier et travailler, pour avoir une meilleure vie que ce qu’elle pensait au Togo. Non pas que ça aurait été plus acceptable de la part de « vrais » français, mais je trouve que c’est encore pire comme ça.

Comment peut on rabaisser des gens à ce point ? Qu’est ce qui pousse quelqu’un à agir comme ça ?

Alors oui, ce livre je vous le recommande, encore une fois, pour que le monde actuel n’oublie pas les esclaves modernes et que cette situation cesse.

Ce livre faisait partie du tas donné par ma mère cet été, il va rejoindre la boite à livres du collège (pour les adultes), il faut que ça circule !

Bonne reprise à vous, si vous avez la chance de ne reprendre qu’aujourd’hui comme moi et bon lundi à tous !

 

Les mitaines de Pomona, en rouge !

Wow je viens d’envoyer mon article sur Briac et WordPress me dit que j’ai écrit 500 articles (en 4 ans) !! Et ben j’en ai des choses à dire 😀 (et croyez moi, ce n’est pas fini !!).

Alors pour ce 501ème article, je vous présente les mitaines tricotées pour ma Grande. C’est sa semaine 😉

img_6841

Après avoir fini les manches du pull de mon chéri, j’ai fait une petite pause et j’ai fini ces (ou ses comme vous voulez) mitaines, commencées pendant le knittich (ça faisait longtemps, n’est ce pas ?)? J’avais tricoté la première alors je me suis motivée à faire la 2eme. J’avoue que j’en avais marre à la fin car c’est toujours pareil, des rangs de 40 mailles environ avec des séries à répéter 3 fois sur chaque face (donc 12 fois pour les 2 paires).

Mes picots sont mieux réussis, par contre j’ai fait de petites erreurs (mais je m’en suis aperçue trop tard). Ben oui, à force de répéter je savais par coeur, mais pas tout à fait. Bon tant pis, elles tiendront chauds même un peu tordues !

img_6842

Moyenne a eu les siennes en bleu, mais préfère celle de sa soeur (qui ne veut pas lui laisser :-p). Cette fois, j’ai utilisé de la laine Week-end de chez Plassard. Agréable à tricoter !

Toute Petite m’a aussi réclamé des mitaines… ça ne sera pas le même modèle et d’abord j’ai un pull à finir !

Bon dimanche sous vos applaudissements

(mon cas ne s’arrange pas 😉 ).