Broderie main et machine

Ces jours-ci, je fais des tests pour ma boutique mais pas sur de beaux tissus ! Alors ça reste pour un usage personnel… pour le plus grand bonheur de ma dernière 😉

Vendredi j’ai tenté une nouvelle façon de fermer les sacs, bon je ne suis pas convaincue finalement, mais pour ranger les petits trésors, ça ira très bien ! Mais bien sur, je n’allais pas laisser ce sac uni.

J’ai commandé il y a quelques semaines des motifs à broder de Caro Tricote (parce que c’est grâce à elle que je me suis mise à la broderie en décembre, avec son calendrier de l’Avent que je vous montrerai un jour…), mais je n’arrivais pas à me décider entre des motifs Mer et Jardin. Petite est passée par là et a demandé pour qui était le sac. Première qui demande, première servie 😉 . Du coup elle a choisi les motifs aussi !

J’ai pu d’ailleurs me servir pour la 1ere fois de la table lumineuse que mon chéri m’a fabriquée pour mon anniversaire au début du mois. J’avais peur que ça n’aille pas avec l’épaisseur des cartes, mais si !

Elle est chouette hein ? Je peux même changer la couleur (là c’est bleu donc) et ranger la télécommande dans sa petite poche (pratique pour une soirée disco :-D) !

Donc voilà le résultat du petit sac, que je trouve bien sympa, et vous ?

Sinon dans un autre domaine, ce sont des pochettes / portes serviette que j’ai envie de faire. Les nôtres commencent à être usées, mais je voulais en faire pour les invités. Ma famille habitant loin, quand ils viennent c’est pour plusieurs jours.

Et bon là, je suis déçue des broderies 😦 La forme de la pochette va bien, et c’est tant mieux, même si je pense que je peux agrandir la hauteur du rabat, mais les broderies ne sont pas très bien réalisées par ma machine à coudre (qui revient pourtant de révision) : le « bon appétit » s’est transformé en « buz » et je ne suis pas contente de mon choix de couleur. Sans compter que j’ai brodé les oiseaux à l’envers (bref, Petite va avoir des pochettes 😉 ). Tant pis, j’ai appris de mon erreur !

En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à la broderie à la main, et ça me donne envie d’en faire encore plein ! Vous aimez ça ? (D’ailleurs je viens de créer la catégorie dans mon blog, elle n’existait pas !).

Voilà ! J’ai des articles couture et lecture en attente, mais au moins sur celui-ci, je serai à jour !

Bonne fin de dimanche

« Le secret de ma mère » de Jessie Burton

Encore une fois c’est une recommandation de @pasapaslechemin et celle-ci m’a bien plu ! Pas comme 1q84 de Haruki Murakami pour lequel je n’avais pas accroché !

L’histoire :

« Un après-midi d’hiver de 1980, en plein coeur de Londres, Elise Morceau rencontre Constance Holden et tombe instantanément sous son charme. Connie, audacieuse et magnétique, est une écrivaine à succès dont le dernier roman va être adapté au cinéma par l’un des plus gros studios d’Hollywood. Elise suit Connie à Los Angeles, la ville par excellence du rêve et de l’oubli. Mais tandis que Connie s’enivre de l’énergie de cette nouvelle vie où tout le monde s’enveloppe de mensonges et tente d’atteindre les étoiles, Elise commence à perdre pied. Au cours d’une fastueuse soirée hollywoodienne, elle surprend une conversation qui l’entraînera à prendre une décision radicale qui pourrait bouleverser sa vie. Trois décennies plus tard, en 2017, Rose Simmons cherche des réponses sur sa mère, qui a disparu sans laisser de traces alors qu’elle n’était qu’un bébé. Rose a découvert que la dernière personne à l’avoir vue est Constance Holden, une écrivaine oubliée qui s’est retirée de la vie publique alors qu’elle était au sommet de sa gloire. Rose se retrouve irrépressiblement attirée sur la piste de Connie, en quête d’indices sur les secrets de son passé. Cette histoire lumineuse, au souffle romanesque puissant, nous emporte dans une quête d’identité remarquablement orchestrée. Au travers de personnages énigmatiques et inoubliables, Jessie Burton nous dévoile les coulisses des milieux littéraire et cinématographique, ainsi que l’envers de la création artistique, de la fiction et de la maternité. »

Dans ce roman, on alterne entre les années 80 et 2017, en suivant tantôt Elise, tantôt Rose dans leur quête de la vérité et du bonheur, chacune avec ses fragilités et ses questionnements. On est vraiment au coeur de leurs émotions, qui nous touchent, qui m’ont touché profondément. Chacune, mais même chacun des personnages, a une part de mal-être qu’il essaie de combler auprès des autres…

Ce livre est vraiment prenant, j’avais du mal à m’arrêter de lire ! On a besoin de savoir ce qui va arriver, on s’inquiète pour les personnages et on se réjouit aussi.

J’ai mis un peu trop de temps à vous en parler après l’avoir fini, alors j’ai du mal à trouver mes mots, mais je vous conseille cette lecture sans aucun doute ! Et je vais en lire d’autres de Jessie Burton. Vous la connaissiez ?

Bon vendredi !

(et préparez vous à une avalanche d’articles, j’ai mis en ligne le site de ma boutique (des petits sacs emballage cadeau et de rangement, des sacs à vrac, à pain, de congélation…) du coup je vais reprendre du temps sur l’ordi pour écrire les articles en attente !!).

« Le voisin » de Tatiana de Rosnay

Je n’ai toujours pas pris le temps de me faire photographier avec certains t-shirts donc c’est encore un article lecture !

J’ai tenté, entre Agatha Raisin et celui-ci de lire « ces messieurs de St Malo » de Bernard Simiot dont Agnès Martin-Lugand parle plusieurs fois dans « une évidence » mais après 10 jours et même pas 100 pages lues, avec en plus l’impression de connaître l’histoire, il a fallu que je m’y rende (à l’évidence.. ah ah ah je suis pleine d’humour ce matin) : ce livre n’est pas fait pour moi !

Alors après avoir hésité 2 soirs, j’ai fini par refermer ce livre et en prendre un autre. « Le voisin » était sur le haut de la pile : je l’avais acheté sur Vinted avec d’autres mais ça faisait quelques mois qu’il était chez ma belle-mère (je lui avais prêté quelques livres au moment du confinement de novembre – elle n’arrive pas à choisir les livres sur le site de la médiathèque) et je viens de le récupérer.

Bref, en prenant ce livre, j’espérais une lecture qui avance toute seule… et ce fût le cas !

Résumé :

« « Ce pourrait être vous… Ce pourrait être lui… »

Un mari souvent absent. Un métier qui ne l’épanouit guère. Un quotidien banal. Colombe Barou est une femme sans histoires. Une de ces femmes auxquelles il n’arrive jamais rien. Comment imaginer ce qui l’attend dans le charmant appartement où elle vient d’emménager…
À l’étage supérieur, un inconnu lui a déclaré la guerre. Seule l’épaisseur d’un plancher la sépare désormais de son pire ennemi… Quel prix est-elle prête à payer pour retrouver sommeil et sérénité ?

Grâce à un scénario implacable, Tatiana de Rosnay installe une tension psychologique extrême. Situant le danger à notre porte, elle réveille nos terreurs intimes. »

Ce n’est pas le premier livre de Tatiana de Rosnay que je lisais (le 4eme même) et je dois dire que je ne m’attendais pas à ça ! Non pas que je n’ai pas aimé, loin de là, mais la dernière partie de ce livre m’a stressé, autant qu’un policier (un vrai, pas un Agatha Raisin!). Du coup, je n’ai pas laissé trainé, il fallait que je sache la suite !

En même temps, j’aurais lu le résumé, j’aurais su !

Colombe devient folle par manque de sommeil. On la voit sombrer petit à petit. On a envie de lui donner des conseils… Et je l’ai tellement comprise ! Le manque de sommeil et la gestion de la fatigue ont toujours été des problèmes pour moi. D’autant plus maintenant que même une bonne nuit ne me permet pas forcément d’être au top de ma forme. Combien de fois j’ai pesté après des voisins ou des passants bruyants.. D’ailleurs ce livre m’a empêché de dormir avec le stress qu’il a engendré et le besoin de continuer 😉

Mais j’ai quand même apprécié cette lecture ! Et c’est sur que si je retombe sur un livra de Tatianay de Rosnay, je n’hésiterai pas à le lire. Vous connaissez ? Vous appréciez ?

Bon samedi !

Agatha Raisin 8 : « Coiffeur pour dames » et 9 : « Sale temps pour les sorcières de MC Beaton

J’ai replongé dans la série d’Agatha Raisin, pour 2 tomes et je dois dire que je les ai plus apprécié que les précédents : j’ai trouvé Agatha de meilleure composition ! La quasi absence de James (son voisin /futur ex mari / enquêteur amateur complice) y est surement pour quelque chose !

Résumé de « Coiffeur pour dames » :

« Pour toutes ses clientes, Mr John est un magicien : un coiffeur aux doigts d’or qu’elles adorent ! Mais, peu après avoir confirmé ses talents auprès d’Agatha Raisin qui voit poindre ses premiers cheveux blancs, Mr John meurt dans son salon, victime d’un empoisonnement, sous les yeux de la détective. Voici Agatha embringuée dans une drôle d’enquête. Qui en effet pouvait en vouloir à Mr John, adulé par ses nombreuses clientes qui lui confiaient leurs plus troubles secrets ? »

Résumé de « Sale temps pour les sorcières » :

« Traumatisée après qu’une coiffeuse rancunière l’a shampouinée à la crème dépilatoire, Agatha Raisin se réfugie incognito dans un hôtel de la côte en attendant que sa chevelure repousse. N’ayant plus rien à perdre, elle consulte également une sorcière réputée pour ses talents. Miracle, la magie opère, mais pour peu de temps, car la sorcière est retrouvée assassinée … Agatha renoue aussitôt avec ses réflexes de détective, aidée par l’inspecteur Jimmy Jessop, ensorcelé par ses charmes. À moins que ce ne soient les effets du philtre d’amour qu’Agatha a acheté à la pauvre sorcière ? »

Bon j’ai dit qu’il n’y avait pas James, mais il y a toujours des histoires de séduction avec Agatha ! Elle fait toujours attention à ce qu’elle porte (sa tenue est régulièrement décrite). Et elle râle quand même, ça reste Agatha, mais je trouve moins !

A la place de James, c’est Charles, le baronnet rencontré dans « Mortelle randonnée » qui va et qui vient. Pas de séduction entre eux, cela a déjà été consommé à Chypre !

J’ai du coup pris plus de plaisir à cette lecture qu’à celle d’avant, même si les morts se ramassent à la pelle. En fait, il y a souvent plusieurs meurtres liés dans la même histoire, et je trouve que ça fait un peu beaucoup ! Mais je vais continuer la série : j’ai acheté un lot jusqu’au tome 17 (pas dit que j’achète après cela dit..on verra !).

Vous avez succombé aux charmes d’Agatha Raisin ou pas du tout ?

Je vous souhaite un bon mercredi ! Pour ma part, outre ma choupinette et quelques tâches ménagères, je replonge dans la confection du site de ma petite entreprise L’atelier de Mam’Gal. Je vous en parlerai plus quand ça sera en ligne mais si vous voulez déjà me suivre sur Instagram ou facebook.

« Le chien des Baskerville » d’Arthur Conan Doyle

Je continue de parfaire ma culture générale avec « Le chien des Baskerville » d’Arthur Conan Doyle, qui s’est présenté à moi lors de mon dernier choix de livre audio. A priori je ne l’avais jamais lu bien que j’en ai entendu parlé à plusieurs reprises.

Résumé :

« Des cris lugubres résonnent sur la lande… Et voici que la légende prend corps. Un chien énorme, créature fantomatique et infernale, serait à l’origine de la mort de sir Charles Baskerville. Maudit soit Hugo, l’ancêtre impie et athée, qui provoqua, en son temps, les forces du mal !

Mais Sherlock Holmes ne peut croire à de telles sornettes. Aussi, lorsqu’il dépêche le fidèle Watson auprès de sir Henry, l’héritier nouvellement débarqué d’Amérique, il ne doute pas de mettre rapidement fin à ces spéculations. Pourtant, la mort a frappé plusieurs fois sur la lande. Et le manoir est le théâtre de phénomènes bien étranges… Se peut-il que la malédiction des Baskerville pèse encore ? »

A vrai dire, ma culture à ce sujet était vraiment faible et je ne savais même pas que c’était une histoire de Sherlock Holmes. Hum hum. Bref, c’est réparé.

C’était une écoute tout à fait agréable. Le style est simple, dans le sens où ça coule tout seul. J’avais l’impression d’être dans leur univers, même s’il est bien différent du notre.

J’ai aimé tous les personnages, même si certains sont plus sympathiques que d’autres !

Pour conclure, je dirai que si vous ne l’avez pas encore lu, vous pouvez y aller les yeux fermés (surtout si vous c’est un livre audio 😉 ).

Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes vous inspirent ou pas du tout ? En tout cas, si j’ai l’occasion j’en lirai d’autres !

Bonne journée ensoleillée (enfin j’espère, j’ai écrit l’article quand il faisait beau !).