« Les possibles » de Virginie Grimaldi

Ca fait longtemps qu’entre Virginie Grimaldi et moi, c’est une histoire d’amour…unilatérale 😉 J’ai lu et aimé tous ses livres, certains juste aimés d’autres adorés. Celui-ci fait partie des coups de coeur !

Résumé :

« Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé connaît quelques turbulences.

Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses a aires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de Jean s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence : il déraille.

Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas nie, il est encore l’heure de tous les possibles. »

« Les possibles » c’est une histoire d’amour entre un père et sa fille adulte, mais aussi entre un grand-père et son petit-fils, dans un couple…Juliane réalise que des liens l’unissent à son père, certes agaçant par certains côtés mais aussi attachant. Certains évènements permettent de se rendre compte de sentiments qu’on avait enfoui !

Comme d’habitude, l’écriture de Virginie Grimaldi est très agréable à lire, fluide et surtout pleine d’humour. Dans ce livre, on passe du rire aux larmes, parfois aux larmes de rire d’ailleurs !

J’ai beaucoup aimé le personnage de Juliane, et les autres aussi de toutes façons ! C’est un livre dans lequel je me suis facilement identifiée aux personnages. Les scènes sont très réalistes, j’ai d’ailleurs vécu certaines scènes (ou pourrais les vivre).

Le seul problème qui m’est tout à fait personnel : ça m’a fait ressentir la distance (géographique) avec mes parents. Il est vrai que c’est moi qui suis partie vivre à l’autre bout de la France..

Vous vous en doutez, je ne peux que vous recommander cette lecture ! Vous connaissez Virginie Grimaldi ? Vous avec lu ce roman ou un autre ?

Bonne journée ! Ici ça va commencer par permanence à la bibliothèque puis il y aura de la couture et probablement une balade !

« Les huit coups de l’horloge – Arsène Lupin » de Maurice Leblanc

Cet été, avec le « Code Lupin » de Michel Bussi, j’ai eu envie de plonger vraiment dans le monde d’Arsène Lupin, quand je suis tombée sur ce livre audio à la bibliothèque.

Résumé :

« Les aventures d’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur

Arsène Lupin ? Ce Robin des Bois moderne met son intelligence, sa force physique et son sang-froid au secours de « l’innocence persécutée ». C’est également un homme élégant et séducteur, très apprécié des femmes. Il sait se montrer d’une ironie inégalable à l’égard des forces de l’ordre et de ses rivaux (principalement l’inspecteur Ganimard et le détective britannique Herlock Sholmès (parodie de Sherlock Holmes). Son côté enfantin aussi bien qu’une face plus sombre, un caractère à la fois séduisant, torturé et mystérieux, lui ont assuré son succès auprès de nombreux lecteurs.

Un fil directeur relie ces huit nouvelles, faites de vols, de disparitions et de meurtres : Hortense Daniel. À la fin de la première aventure, Rénine (Arsène Lupin) dit à Hortense : « Eh bien, voilà. Aujourd’hui, jour de la première aventure, l’horloge de Halingre a sonné huit coups. Voulez-vous que nous acceptions l’arrêt qu’elle a rendu, et que sept fois encore, dans un délai de trois mois, par exemple, nous poursuivions ensemble de belles entreprises ? » »

Le style était tout à fait agréable à écouter. Mais je n’ai pas apprécié plus que ça les nouvelles entre Rénine qui est très (trop) sur de lui et Hortense qui fait un peu nunuche (mais la place de la Femme était différente à l’époque – recueil diffusé en 1922 !).

Après c’est un « roman » policier, comme d’habitude dans le sens où tout s’imbrique bien.

Ce n’est pas une grande critique, mais je ne suis pas plus inspirée ce matin 😉 et j’ai tellement de retard que je préfère un article court que rien ! Cela dit, si j’ai l’occasion, je lirai probablement une autre oeuvre de de Maurice Leblanc.

Je ne vous demande pas si vous connaissez forcément 😉 , mais avez-vous lu l’un de ces livres ?

Bonne journée !

« Code Lupin » de Michel Bussi

Après « la dernière licorne – tout ce qui est sur Terre doit mourir » de Michel Bussi (ou avant d’ailleurs, j’ai un doute !), j’ai lu « Code Lupin ». Il ne faut pas être Arsène pour savoir qu’on parle de lui ! (vous me suivez ? Parce que mon corps a décidé de se réveillé à 5h22 au lieu de 6h40, il est possible que tout ne soit pas encore opérationnel !!).

Résumé :

« Et si les aventures d’Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d’un trésor normand bien réel celui-là ?

Le célèbre professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d’une journée pour percer l’énigme, avec pour seuls indices une pièce d’or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc… et l’aide d’une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante… »

Habituellement j’adore Michel Bussi, en témoignent ses nombreux livres que j’ai lu mais là je n’ai pas été aspirée (ni inspirée) par le suspens. Je viens de voir que c’était son premier roman (et qu’il m’en reste encore plein à lire !), c’est peut être pour cela.

Ne connaissant pas Arsène Lupin, autrement que par sa légende, je me suis plusieurs fois posée la question du réel et de l’imaginé. Même si ça ne change pas grand chose en réalité !

Ce qui m’a gêné, de mémoire (car encore une fois, cette lecture date de cet été..), c’est le lien et la complémentarité entre Roland Bergton et Paloma, son étudiante. C’est peut être surprenant ce que je dis, car ça devrait être positif, mais je l’ai trouvé « trop grossier », pas naturel.

La lecture n’était pas désagréable, mais pas tout à fait fluide quand même. Cela dit, ça ne m’a pas empêché d’aller au bout et en plus ça m’a donné envie de découvrir Arsène Lupin !

Autre point positif, on se balade en Normandie (en particulier dans le Pays de Caux) : je connais quelques endroits mais les descriptions m’ont donné envie de les voir en vrai. Un jour peut-être !

Voilà, j’arrête là, il serait dommage d’être en retard en se levant aussi tôt 😉

Vous appréciez Michel Bussi ? Arsène Lupin ?

Bonne journée à vous !

« Chère mamie au pays du confinement » de Virginie Grimaldi

Je ne vous présente plus Virginie Grimaldi qui fait partie de mes auteurs chouchous, dont j’ai lu tous les livres. J’ai dévoré les 2 qui me manquaient cet été 😉

A vrai dire, celui-ci je l’ai redécouvert : je suivais (et suis toujours) Virginie Grimaldi sur Instagram pendant le confinement (1er du nom) et elle y a publié ses petites lettres. Quand je suis tombée sur ce livre à la bibliothèque, je me suis dit que j’allais le lire, au cas où j’avais loupé des « épisodes ». Mais non je n’avais rien loupé…mais c’est pas grave, j’ai à nouveau bien rigolé !

Résumé qui n’en est pas un :

« Chère mamie,

J’espère que tu vas bien et que papy aussi. Pendant 55 jours, pour se protéger du Covid-19, nous avons dû rester confinés chez nous. J’avais besoin de conjurer l’angoisse, alors chaque jour je t’ai écrit. La vie se chargeait de me fournir l’inspiration, et je ne manquais pas de grossir le trait, pour te distraire, pour me distraire. Aujourd’hui, je vais partager ces lettres avec tout le monde. C’est très émouvant de penser que l’on a tous vécu la même chose au même moment. Il faut que je te prévienne : tous les bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, qui soutient ceux qui ont porté le pays à bout de bras pendant deux mois. C’est un moyen de se sentir un peu utile, après s’être trouvé bien impuissant.

Gros bisous à toi et à papy,

Ginie »

Si vous avez besoin de vous détendre, foncez ! Ca se lit hyper vite et très facilement. Moi qui rigole rarement en lisant, ça m’est arrivé plus d’une fois ! Et en plus, y a des images. Si si, une fois n’est pas coutume pour un livre adulte, il y a des photos pour illustrer chaque lettre et c’est sympa !

Il n’y a pas grand chose à ajouter mais je vous conseille ce livre qui se lit tout seul 😉

Bonne journée et bonne semaine !

« La vie a plus d’imagination que nous » de Clarisse Sabard

Je profite d’une permanence calme à la bibliothèque pour parler un peu lecture, je suis dans le thème 😉

(Edit du 3 octobre : le temps est passé vite depuis le 11 septembre…mais il faut que je déleste ma charge mentale avec les articles en attente alors en ce dimanche matin pluvieux, je m’y mets ! Et vu ma vitesse de lecture actuelle, c’est le moment de rattraper mon retard !).

Je continue donc sur les lectures de cet été avec un nouveau Clarisse Sabard. J’en ai déjà pas mal et celui-ci m’a un peu déçu car l’histoire m’a beaucoup rappelé celle de « Et nous danserons sous les flocons » : une jeune fille déçue par la vie qui revient dans sa montagne, des frères qui ont repris le restaurant de leur parent avec le lait de poule que l’un des deux fait très bien et qui est le péché mignon de la jeune fille… Cela dit, c’était une lecture agréable.

Résumé :

« Après sa récente rupture avec Clément, Léna redoute une nouvelle fois les vacances de Noël dans sa famille quelque peu agitée. Mais elle n’imaginait pas avoir affaire à un nouveau cataclysme ! Cette fois, c’est son père qui fait des siennes : une semaine avant Noël, la voilà forcée d’aller le chercher à l’hôpital, car il a été ramassé ivre mort devant la grille du cimetière de Vallenot… Qu’est-ce qui lui a pris ? Et pourquoi a-t-il rompu avec sa dernière conquête ? Comme si cela ne suffisait pas, sa mère a décidé de la recaser avec Clément, Mamie Jacotte l’a inscrite en secret sur un site de rencontres et son oncle Xavier a invité un SDF pour les fêtes… Cette année encore, les vacances ne s’annoncent pas de tout repos. Heureusement qu’il y aura la neige, le chocolat chaud, le marché de Noël et les traditionnelles décorations au programme ! »

Léna et d’ailleurs à peu près tous les personnages sont sympathiques, chacun avec un petit côté moins positif, mais nul n’est parfait dans la vrai vie donc c’est très bien comme ça ! Il n’y a pas vraiment de suspens, mais on ne s’attend pas à tout. Et surtout il y a suffisamment de personnages pour qu’on ne s’ennuie pas, mais quand même pas trop pour ne pas s’y perdre.

Si vous cherchez une lecture facile, sur le thème de Noël et de l’amour, n’hésitez pas : ce livre et son jumeau sont faits pour vous ! Et les autres aussi de Clarisse Sabard, que j’ai tous aimé. Vous connaissez l’auteure ?

Bon dimanche que j’espère pas trop humide…