« Encore une danse » de Katherine Pancol

J’ai lu pas mal de livres de Katherine Pancol, dont il n’y a pas très longtemps « Les Muchachas » que j’avais trouvé un peu long..du coup celui-ci, j’avais une certaine « appréhension » si on peut dire, et j’ai repoussé le moment de le lire. Il était dans ma table de nuit, a priori acheté ligne avec d’autres d’occasion. C’est Petite qui l’a choisi alors je me suis lancée.

Résumé :


« Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha ont grandi ensemble, habité le même immeuble, sont allés dans les mêmes écoles et ne se sont jamais quittés. Adultes, ils ont pris des tournants différents. Pourtant leur amitié a résisté au temps, à la réussite des uns, aux échecs des autres. Ils se retrouvent comme avant, même si leur  » musique « , parfois, émet des fausses notes.


Mais une nouvelle épreuve, plus terrible, s’annonce. Arriveront-ils à franchir cette étape qui les met chacun face à eux-mêmes ? Tel est le sujet de ce roman traduisant la peur qui nous saisit tous quand il s’agit de quitter l’enfance pour devenir grands. »

Il y a un truc perturbant chez Katherine Pancol : les personnages ont les mêmes prénoms d’un roman à l’autre ! Et même si les lectures sont éloignées dans le temps, l’image que je me fais d’un personnage reste gravé, du coup j’ai un peu du mal à rentrer dans l’histoire avec une image erronée du caractère des personnages au départ.

Il y a plusieurs narrateurs, les petites histoires de recoupent pour former l’histoire du groupe d’amis. C’est assez surprenant qu’ils restent aussi soudés d’ailleurs, vu les attentes et les caractères de chacun. Pas mal de jalousie, depuis longtemps. Comme si une partie des « amitiés » était en fait un calcul pour obtenir quelque chose.. C’est pas vraiment ce que je visualise quand j’entends « groupe d’amis ».

La lecture n’est pas désagréable mais ça ne se lit pas tout seul, comme chez Virginie Grimaldi par exemple. Le style est moins léger. Cela dit je suis quand même allée au bout.

Pas sûre de relire un autre de Katherine Pancol du coup. Et vous vous aimez?

Bonne journée ! Ici c’est sous la pluie.. Tant pis : le crochet va avancer !

« La boîte de Pandore » de Bernard Werber

Ça fait longtemps que j’avais envie de tenter un Bernard Werber alors quand j’en ai vu un en livre audio, je me suis laissée tenter !

Résumé :

« René Toledano, un professeur d’histoire, fait une session d’hypnose lors d’un spectacle. L’expérience va fonctionner au-delà de toutes ses attentes et il se retrouve plongé dans plusieurs vies antérieures.

Il fait alors deux découvertes : d’une part ce qu’il a vécu dans d’autres vies peut influer sur ce qu’il vit dans le présent et, d’autre part, il a la possibilité de connaître l’Histoire passée en revenant comme bon lui semble dans ses précédentes vies.

Dès lors, René a accès à sa mémoire cachée. Un nouveau défi se pose à lui: peut-il changer le cours de l’Histoire ? »

Je ne sais plus trop ce que j’en ai pensé 😳 (ça fait plus d’un mois que je l’ai fini!) je me souviens que je trouvais ça un peu long à la fin.

Cela dit, l’écoute est agréable, c’est déjà très bien !

En fait, ce livre – et l’autre que je lisais en version papier en parallèle « la dernière licorne – tout ce qui est sur Terre doit périr » de Michel Bussi – m’a fait réfléchir sur notre passé et ce qui est légende et ce qui a vraiment eu lieu. Les 2 sont autours de l’Arche de Noé pour faire simple !

Finalement en me replongeant dans les souvenirs, j’avais plutôt aimé cette lecture-écoute.

Il y a pas mal de personnages, puisqu’on navigue dans les vies antérieures de René Tolédano et qu’on voyage aussi géographiquement.

René Tolédano paraît un peu illuminé par moment, mais après tout dépend de ce qu’on accepte de plausible dans le fait de pouvoir visiter ou non ses vies antérieures – et si on accepte qu’elles existent ou non 😉

Donc si vous n’avez pas de préjugés là dessus ou que vous acceptez que la fiction puisse dépasser la réalité (ou pas !), allez y !

Vous pensez quoi de Bernard Werber ? Vous avez déjà lu ?

☀️ Bonne journée ☀️

PS : j’avais mis les soleils hier soir dans regarder la météo et j’ai bien fait.. Ce matin grand soleil! C’est la 1er jour depuis lundi… Je vais même être obligée d’aller réveiller les troupes pour profiter de la montagne 😍

« Ce que je n’oserai jamais te dire » de Bruno Combes

Pour une fois j’ai acheté un livre.. J’avais eu un bon d’achat pour me remercier d’avoir cousu des masques, du temps où on en manquait. Du coup je m’étais faite plaisir, entre autre, avec ce livre de Bruno Combes dont j’avais déjà lu (ou prévu de lire) Seulement si tu en as envie et Je ne cours plus qu’après le temps.

Résumé :

 » Joy, veux-tu être ma femme ?  »  » Oui, je le veux ! « , a répondu Joy à Guillaume avec une ferveur égale à la profondeur de l’amour qu’elle lui porte. Et pourtant, le soir même du mariage, alors que la fête bat son plein, Joy s’évanouit dans la nature. Guillaume, d’abord fou d’inquiétude puis ravagé par le doute, se perd en conjectures. La gendarmerie n’a rien trouvé de suspect, il semble que la mariée aurait elle-même décidé de partir. Et en effet, Joy s’est envolée pour le Brésil où elle doit faire face, à nouveau, à un odieux chantage qui menace son petit frère Paulo, dont elle a déjà sauvé la vie une fois au prix de son honneur. Quand le prêtre qui les a unis lui dévoile la vérité, Guillaume est effondré. Car cette révélation, si elle témoigne d’un courage et d’une générosité sans pareils, remet en cause toutes ses certitudes d’amoureux passionné. Pourra-t-il pardonner à Joy de lui avoir caché ses tourments… et aura-t-il la force de lui tendre la main ?

  » Le seul remède à l’amour, c’est d’aimer encore davantage. «  Emerson »

J’ai apprécié cette lecture, mais je dois dire qu’elle était assez stressante !

Il y a un côté « feel good » mais aussi les côté suspens d’un policier.

Les personnages sont attachants pour la plupart. J’ai même aimé celui qui a le prénom de mon ex mari – c’est un peu perturbant 😉

Bruno Combes fait donc parti des auteurs que je n’hésiterai pas à lire. Vous le connaissez?

Bonne journée ! Ici il pleut ce matin alors on va se reposer des grandes randonnées (tout est relatif : Petite n’a que 7 ans 😉) des deux derniers jours, pour rattaquer demain !

« Mes amies, mes amours, mais encore ? » d’Agathe Colombier Hochberg

Me voilà de retour ! Ça fait un mois et demi que je n’ai pas pris le temps de parler de mes lectures, entre autre… Mais je suis en vacances et j’espère arriver à rattraper mon retard, parce qu’en revanche, je n’ai pas arrêté de lire (heureusement il y avait de gros volumes dans le lot, ça en fait moins à vous parler 😉).

D’ailleurs désolée pour la mise en page, je fais de mon téléphone et c’est moins pratique, du moins j’ai moins l’habitude..

C’est parti avec « Mes amies, mes amours, mais encore ? » d’Agathe Colombier Hochberg. C’est Petite qui a pioché celui-ci dans ma PAL.

Résumé :

« Il n’est jamais trop tard pour (é)changer un conjoint défectueux !

Jeanne, Violette et Natacha ont trouvé l’amour avec un grand « A ». Mais bien d’autres cases restent à cocher pour qu’elles puissent remporter la palme du bonheur. Pour Jeanne, la vie de couple a fini par prendre la voie d’un long tunnel d’ennui. Violette, quant à elle, s’épanouit dans la maternité tandis que Natacha ne parvient pas à concrétiser ce rêve. Chacune a sa vie, ses défis, ses problèmes, mais toutes se retrouvent autour d’une même question : comment exister en tant que femme sans se borner à n’être qu’épouse, fille ou mère ? Heureusement, les trois amies d’enfance peuvent compter les unes sur les autres pour se soutenir et reprendre en main leur destin. Et, même si leur vie ressemble peu à leur rêve d’enfant, chacune trouvera comment écrire son propre conte de fées. »

Le titre m’attirait mais finalement c’était moins sympa que ce que je pensais. Non pas que c’est mal écrit mais c’est 4 femmes, 4 copines, qui font un bilan de leur vie et de leur couple… Et j’ai trouvé ça un peu trop réel pour me permettre de m’évader ! Je me suis retrouvée un peu dans chacune d’elles et le fait de le lire à un moment où j’étais fatiguée moralement ne m’a pas permis de prendre du recul.

Cela dit, je l’ai lu en 2 soirs (et les 10 dernières pages le lendemain matin car je m’endormais dessus et qu’il n’y avait aucun suspens ou envie de savoir la fin qui m’aurait empêché de m’arrêter). Donc ça se lit bien et les filles sont sympas !

Une lecture mitigée donc mais ça tient plus du sujet que d’autres choses.

Vous connaissez le livre? L’auteure ?

Bonne soirée !

« Tout le bleu du ciel » de Mélissa da Costa

Cette lecture n’est pas le fruit du hasard : j’ai lu du bien de cette auteure plusieurs fois sur Instagram et il me semble qu’on ne l’a recommandé (parce que je l’avais commandé à la bibliothèque 😉).

L’histoire :

« Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile. »

Comme je n’ai pas lu le résumé, comme d’habitude, je ne m’attendais pas du tout à ça ! J’avoue que c’est un peu perturbant au départ… Mais franchement c’est un très beau livre et une très belle histoire. Très émouvant, mais pas que : c’est une histoire triste et joyeuse en même temps.

Les personnages se découvrent petit à petit (dans le sens où nous les découvrons, ils évoluent tout au long du roman) et s’ouvrent l’un à l’autre et aux autres, au fil de leur rencontre.

Et puis ils nous font voyager ! On suit leur périple dans le sud de la France (Pyrénées) principalement et ça m’a donné envie d’aller (re) découvrir ce coin là.

C’était vraiment une chouette découverte et j’en lirai d’autres !

Fait « marrant », il se trouve que j’ai enchainé 3 livres avec la maladie d’Alzheimer, tout à fait par hasard. Et plus surprenant encore, ici et dans « la boîte de Pandore » de Bernard Weber : la personne atteinte s’appelle Emile ! L’autre livre c’était « L’atelier des souvenirs – Anne Idoux-Thivet » dont je ne vous ai pas encore parlé non plus !

Vous connaissez Mélissa da Costa ? Ce livre en particulier ?

Bonne soirée…sous le ciel bleu ? (Ici il était parti, mais il a l’air de revenir)