Déstockage #14 : pochettes origami pour l’école !

Ah pour une fois, je publie mon article de déstockage le bon jour du mois ! 🙂 (cf le blog de Nabel pour les autres déstockages ou pour participer ).

En revanche, les photos sont pourries : je n’ai fini qu’hier  soir de mettre les pressions et je suis rentrée trop tard ce soir pour faire des photos de jour (même problème pour le pyjama de Moyenne… donc article la semaine prochaine, à moins que je ne la prenne en photo en pyjama au collège 😀 ).

Dimanche, c’est le marché de Noël de l’école, et bien que je connaisse la date depuis début septembre et que j’avais des idées depuis un certain temps, je n’ai fini par m’y mettre que jeudi dernier au cours de couture. Je suis arrivée avec un gabarit carton et un certain nombre de tissus, des chûtes plus ou moins grandes.

IMG_4995

En 2h30, j’avais coupé et cousu les 20 pochettes, il ne manquait plus qu’à couper les pointes, retourner et, le plus long, mettre les pressions !!

Je voulais du rendement, alors j’ai chois un patron très facile et rapide : la pochette origami , une bande à couper, du pliage au fer à repasser et 2 petites coutures. Et Zou !

J’ai varié les plaisirs et la taille des pochettes, en fonction de ce que j’avais de tissu.

Des pochettes suffisamment larges pour mettre des stylos. J’ai choisi des pressions métal (jersey de Prym) pour plus de solidité, vu les motifs, c’est plus destiné à des garçons et de toutes façons à des enfants..

 

Et des pochettes plus petites – j’en ai une de cette taille pour mettre mes petits ustensiles de tricot.

Les pochettes ont 2 poches.

IMG_5011

Et voilà un peu moins de tissu dans mon stock et un peu d’argent (j’espère !) pour l’asso des parents d’élèves : 2 bonnes actions en une 😉

Bonne dernière journée de Novembre !

«  »Juste avant le bonheur » Agnès Ledig

Âme sensible s’abstenir bis !

Agnès Ledig, plusieurs personnes m’en ont parlé, en particulier des collègues de boulot. Alors quand l’une d’elle en a mis un dans la boîte à livre, je l’ai pris, même si j’en avais eu un à la médiathèque suite à une réservation. Comme c’est un format poche, il est resté dans mon sac à main et je l’ai commencé un midi de sandwich.

41azgsgu0gl-_sx210_

 

Le résumé :

« Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule sont petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend… »

C’est vraiment difficile de parler de ce livre sans en dévoiler quoi que ce soit. Ce que je peux vous dire c’est qu’il regroupe des âmes cassées, cabossées par la vie qui vont se rencontrer et évoluer ensemble.

C’est un roman qui remue beaucoup de choses, surtout pour moi cette année. Si vous me connaissez, vous comprendrez en le lisant ! 😉

Mais j’ai vraiment apprécié cette lecture et je ne suis pas déçue de l’avoir fait. D’ailleurs hier soir, j’ai voulu me coucher tôt… Résultat, j’ai lu pendant 2h pour le finir ! (Bon mon chéri serait venu se coucher plus tôt, j’aurais arrêté avant, car j’avais passé le moment où on ne peut plus s’arrêter !).

Cela dit, je vais rendre celui de la bibliothèque qui attendait sur ma table de nuit : j’ai besoin de lecture plus légère là (et je suis prévenue que tous les romans sont dans le style !), je le lirai plus tard, avec plaisir !

Agnès Ledig a l’air très connue. Je dois dire que je ne me renseigne absolument pas sur l’actualité littéraire (pas plus que sur l’actualité en général d’ailleurs !) et que je lis les livres qui se présentent à moi d’une façon ou d’une autre. Vous connaissez ? Vous appréciez ?

Bonne journée !

 

 

Pomona Mitts – les mitaines de Pomona

Dans le cadre du knittich – pas encore saoulé ? rassurez vous, c’est la finale cette semaine 😉 – , pour avoir un point bonus, il faut tricoter un projet en rapport avec Harry Potter (soit le nom du projet, soit de la laine). Comme je ne tricote pas très vite et pas très souvent (enfin un peu tous les soirs), j’ai opté pour des mitaines : un projet rapide et toujours utile. Comme ça, à défaut de faire un grand métrage, j’ai ce point là. Pour avoir un bonus métrage, il faut  tricoter minimum 500 m, j’ai réussi une seule fois, quand le match est tombé pendant mes vacances et que j’ai pu pas mal tricoter..

Pomona, c’est elle..honnêtement, je connais assez peu l’univers d’Harry Potter (j’ai du voir le premier film), mais je trouve le concept vraiment sympa.

Et surtout, j’ai bien aimé ses mitaines, extraites du livre :

tuhpk-cover_small2

Oui c’est en anglais ! Mais ce n’est pas l’anglais qui m’a le plus dérangé, c’est le fait que ça soit un ebook, du coup, j’ai repris tout le patron pour le mettre en page sous word pour l’avoir facilement sous la main !

Ce n’est pas trop compliqué, et j’ai à peu près tout compris.. mais on voit bien quelle mitaine a été faite en premier : je me suis perdue au moment du pouce et j’ai du rajouté des mailles après. Du coup, il y a en a une qui est un peu tordue et moins belle au niveau des picots. Il faut espérer que si Moyenne en perd une, ça soit la moins jolie !

IMG_6603

Vous avez même droit à un teasing sur le pyjama de la miss, enfin fini, déjà porté, que je voulais vous montrer mais le temps qu’elle prenne sa douche et se remette en pyjama, il faisait nuit et les photos sont moches (déjà que là, c’est bien moyen..)!

Et pour la technique (grafting) pour assembler le début et la fin, je n’ai pas trouvé ça plus joli qu’en cousant simplement, mais plus compliqué par contre. Du coup, pour la 2eme, j’ai simplement cousu. Et comme j’avais bien suivi au niveau du pouce, cela tombait bien !

Donc voilà, celle de droite est la première : erreurs sur le pouce, erreur sur les diminutions que je ne comprenais pas, premiers picots pas top… Mais on voit bien l’amélioration sur la 2eme. Et je suis en train d’en faire une paire pour Grande (si vous avez bien suivi, c’est la finale 😉  j’ai fait celles de Moyenne pendant les 2ers matchs et donc celles de Grandes pour les 2 suivant), qui seront peut être encore mieux !

Elles se tricotent dans le sens de la hauteur et relativement rapidement (je dirai 3-4h par mitaine, voire moins peut être que 2 d’ailleurs, maintenant que je maitrise ! ), en laine DK. Cela tombe bien, il me restait beaucoup d’Idéal de Bergère de France, puisque j’étais censée faire un pull à la miss, comme pour Grande et Toute Petite , mais elle n’a pas voulu (tant pis pour elle,  c’est moi qui aurait un pull !). J’ai pris la 2eme taille (il y en a 3) et une seule pelote suffit. Ah oui, il n’y a pas de séparation entre les 4 doigts.

Ca m’a donné envie de m’en faire aussi…peut être pas les mêmes par contre, à voir !

Bon je vous laisse, je vais avancer le pull de mon chéri – finale oblige ! Non plus sérieusement, j’ai envie de le finir, enfin de l’avancer : j’arrive au bout du dos, mais j’ai commencé par le dos !

A bientôt !

 

 

« La mélancolie du kangourou » de Laure Manel

Ame sensible s’abstenir.. quoi que. On sait de base à quoi s’attendre, alors ? Et je suis une âme  (trop) sensible 😉

la_melancolie_du_kangourou_poster

Le résumé :

« Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ? Il n’est jamais trop tard pour (ré)apprendre à aimer »

Je l’ai commencé après une journée bof, au point où j’en étais… et j’ai avalé les pages les plus dures. Puis j’ai tout lu en  une semaine, il y a 340 pages, c’est pour dire comme j’ai été emballée !

Honnêtement, juste à lire le résumé, je ne crois pas que je l’aurais lu, car comme vous l’avez remarqué, j’aime mieux les sujets plus légers en ce moment. Mais c’est une collègue qui m’en a parlé plusieurs fois et me l’a prêté. Une fois dans les mains, je n’avais qu’une chose à faire : alors je l’ai lu, et je ne regrette absolument pas ! Je ne peux que la remercier !

J’ai beaucoup aimé cette lecture. C’est très agréable à lire, ça se lit tout seul 😉 Même si je n’étais pas bien à l’aise au début, l’histoire commençant bien sûr par l’accouchement (et même pas leur bonheur un peu avant).

La narration alterne entre le point de vue de Rose et de celui d’Antoine (voire d’autre personnages suivant le moment). Les personnages sont attachants (ou pas).

Petit bonus personnel, la grand-mère d’Antoine habite au Grand Bornand, juste à côté de La Clusaz où nous avons la chance de passer de nombreuses vacances (merci à mon beau-père 😉 ) alors c’est toujours sympa d’avoir une idée de l’endroit où ça se passe ! Le reste du temps ils sont à Paris, que je connais aussi un peu…mais bizarrement (désolée les Parisiens:-p), ça me fait beaucoup moins rêver !

C’est un livre plein de vie, contre toute attente 😉  et de rebondissements, même si on peut deviner assez facilement le gros de l’histoire. Mais j’ai vraiment beaucoup aimé et je ne peux que vous  le recommander ! C’est un gros coup de coeur !

Laure Manel a aussi écrit la « Délicatesse du homard » et je n’hésiterai pas à le lire si je tombe dessus (malheureusement il n’est pas ma bibliothèque… peut être à la 2eme) ?

Vous connaissez cet auteur ?

Le mot de la fin sera  (même si je crois que je l’ai déjà mis ) ..

CARPE DIEM

(profitons de la vie)

Bavoir brodé, encore un !

Bonjour !

Je n’ai toujours pas pris le temps de finir les mitaines de Moyenne (il doit me rester 50 mailles, mais il faut que je l’ai sous la main..), donc aujourd’hui, c’est un nouveau bavoir brodé que je vous présente !

Je l’ai fait pour ma petite  nièce. J’aurais voulu lui coudre plus de choses (là je crois qu’elle n’a eu que son sac à langer et une petite robe), mais voilà … Alors quand pendant les vacances (d’été), j’ai fait, avec ma mère, le tour des magasins de couture / laine  de Lyon (ouverts un lundi, ça limite), et que j’ai vu les bavoirs à broder, j’ai réalisé que la miss n’avait pas eu le sien ! Et je l’ai acheté (enfin en vrai, c’est ma mère qui l’a payé, merci !) et j’ai enfin pris le temps de le broder entre 2 matchs de knittich (tournoi de tricot, pour ceux qui ne suivent pas :-p).

C’est Toute Petite qui a choisi les petits lapins (bon je l’ai un peu aiguillée ;-)) et surtout elle voulait un coeur…que j’ai mis sur le I !

Pour compléter mon cadeau, Toute Petite a fait un joli dessin pour sa cousine, qui a apprécié les deux 😉

  Pour finir, juste pour le plaisir, 2 citations d’Alice aux Pays des Merveilles (ici c’est Alice la merveille 😉 ) :
  • une de circonstance : « Je suis en r’tard, en r’tard, en r’taaaaaaaard ! » dixit le Lapin
  • une inspirante :

« Le meilleur moyen de réaliser l’impossible est de croire que c’est possible. » dixit le Chapelier fou

« L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle

Flo m’en a parlé (et je crois une autre blogueuse), une voisine m’en a parlé lors d’une permanence à la bibliothèque… alors je me suis levée de ma chaise de bibliothécaire d’un jour et je suis allée le prendre dans les rayons – oui il m’attendait ! 😉

l-homme-qui-voulait-etre-heureux3

Et il est allé rejoindre la pile sur ma table de nuit..enfin plus exactement, il est passé devant les autres, parce que comme c’est un emprunt, je ne veux pas le garder trop longtemps !

4eme de couverture :

Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux.
Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

Mon avis :

C’est un petit livre, qui se lit assez facilement mais moins que ceux de Virginie Grimaldi ou  Raphaelle Giordano.

Il ne se passe pas grand chose dans ce livre, en apparence, car l’histoire est surtout centré sur la découverte du « héros », de lui même. Mais on apprend beaucoup de choses sur comment les hommes fonctionnent. Par exemple, tout est basé sur les croyances : si on dit à quelqu’un qu’il chante mal, il va le croire (surtout si personne ne lui dit le contraire) et va agir toute sa vie comme s’il chantait mal, alors que dans la majorité des cas, ce n’est pas vrai, mais il le croit. (si c’est pas clair, vous n’avez qu’à lire le livre :-p ).

J’ai bien aimé, mais ce n’est pas du coup de coeur. Je crois que contrairement à ceux des « filles » citées plus haut, il n’y a pas d’histoire d’amour en parallèle de la prise de conscience du héros. Alors certes, ce n’est pas ça qui me fait aimer un livre ou pas, mais j’essayais de comprendre pourquoi celui là moins que les autres et je crois que c’est quelque chose comme ça ! Il a un côté moins léger du coup, plus dans la prise de conscience et l’introspection, plus théorique d’une certaine façon (en fait, le héros fait des expériences pour se rendre compte).

Donc celui-ci, je vous le conseille 😉

Si vous l’avez déjà lu, vous partagez mon point de vue ?

Et je vous souhaite une bonne journée !

Pour moi, elle sera bonne car qui dit vendredi, dit fin de la semaine mais surtout retour de Grande qui vit chez son papa depuis une semaine (à 300 km de moi 😦 )… autant vous dire que je suis impatiente !

Jean-Christophe et Winnie

Une fois n’est pas coutume, je parle d’un film.

http3a2f2ffreakingeek-com2fwp-content2fuploads2f20182f042fjeanchristopheetwinnie-banniere-800x445

Je viens d’aller voir « Jean-Christophe et Winnie » avec Toute Petite. Oui j’avoue Toute Petite n’est qu’une excuse, Winnie a bercé mon enfance et fait partie de mes petites madeleines de Proust. Le « merci de m’avoir remarqué » de Bourriquet ne m’a jamais quitté 😉

J’ai beaucoup apprécié ce film, et surtout la morale de l’histoire : il ne faut pas oublier l’essentiel de sa vie – à chacun de savoir ce que c’est pour lui – et accessoirement garder son âme d’enfant parce que finalement, c’est comme ça qu’on profite le mieux de la vie !

C’était chouette de revoir les personnages qui ont égayés mes samedi soirs (ou le dimanche ? je ne sais plus !), avec un pique-nique sur la nappe blanche à fleurs rouges assises devant la télé (quand je vous disais que c’était une madeleine de Proust !). Je ne me souvenais pas d’eux tout à fait comme ça, mais je pense qu’ils l’étaient bien !

Toute Petite (4 ans et demi bien tassés) a aussi aimé, bien qu’elle ait eu peur à certains moments (mais ce n’est pas censé faire peur 😉 ).

Ce n’est pas un grand film comme on a l’habitude de le dire, mais je dirai que c’est un « feel good » film. Tant qu’à faire, après les livres, le film. Je ne change rien, que du plaisir (ou presque) 😉

Alors certes je vous en parle tard (je viens de voir que c’est sorti le 1er août), mais mon cinéma est un ciné associatif et on a les films en décalage, mais si vous avez l’occasion, allez y ! Je pense que ça peut plaire à tout âge.

Vous l’avez vu?

Une petite citation à méditer pour finir : « Ne rien faire est ce que je fais de mieux ».