Déstockage #27 : gilet Petit Lobélie

Pour une fois, mon détockage est du tricot…je n’ai pas gardé de projet couture pour!

Il y a un an et demi, j’avais acheter 2 écheveaux hyper beaux, violet avec du brillant, à l’Echeveau Solidaire en avril 2019, dans l’idée dans faire quelque chose pour Petite.

Elle a entraîné sa soeur pour faire des poses ! (les caisses d’habits triés en partance pour le garage c’est cadeau…humhum, mais la miss trouvait qu’il faisait trop froid pour aller faire les photos dehors).

L’Echeveau solidaire c’est une asso créée par une maman, Lili, pour sa petite Gaïa qui a une dysplasie fibreuse des os, qui est une maladie bien compliquée…mais elle trouve encore le courage de récolter des fonds pour que la recherche avance sur cette maladie très rare. Vous savez peut être que ma fille ainée est malvoyante, suite à une maladie génétique rare (l’aniridie), alors forcément ça me touche beaucoup.

J’avais déjà tricoté un modèle acheté à l’asso : le châle Cosmic Remix.

J’avais donc mes écheveaux mais je doutais…je ne voulais pas les gâcher et j’avais peur de ne pas avoir assez ! Et ben finalement il m’en reste un peu moins de la moitié (90 g sur les 200…), je vais pouvoir me faire une paire de chaussettes (c’est du fil à chaussettes justement) avec une partie de ce qui reste, car j’avais aussi bien envie de lui piquer !

Pour le patron, je l’avais repéré sur le site de De Rerum Natura, un de mes fournisseurs officiels 😉 Et en plus il est gratuit ! C’est Le PetitLobélie de Hel et Zel. J’ai bien aimé les petites dentelles sur les épaules et le point de feston (mais ça rebique 😦 malgré le blocage !). Et les manches ont l’air de remonter un peu trop. D’ailleurs, j’ai loupé un motif sur les manches, mais à l’essai ça lui allait..

J’ai pas mal hésité sur la taille, finalement j’ai fait 4 ans en largeur et 6 ans en longueur! Et je n’ai utilisé que 440 m alors que le patron annonce 430 m pour la taille 1 an et 740 m pour le 6 ans.

Les boutons viennent aussi de mon stock, je les ai acheté à une mercerie qui fermait il y a quelques années.

En tout cas, c’est sur qu’on peut faire plein de choses avec ce gilet !

Bon dimanche !

Agatha Raison 4 et 5 : « Mortelle randonnée » et « pour le meilleur et pour le pire » de MC Beaton

Vous reprendrez bien un peu d’Agatha Raisin ? Il me semble que le temps est idéal pour aller se promener dans les Cotswold ! C’est un coin d’Angleterre qui m’a l’air bien joli (surtout quand il fait beau)! Regardez plutôt : https://www.cotswolds.com/francais !

Agatha Raison c’est une enquêtrice un peu particulière, mais ses aventures sont bien sympa à lire ! Je vous ai parlé du tome 1 et des 2 et 3 il y a quelques semaines.

Résumé tome 4 :

« Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds – et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l’impression d’enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.
Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d’affaires criminelles. Comme le meurtre d’une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.
Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d’un tueur se perd aussi facilement que la tête ou… la vie ! »

Résumé du tome 5 :

« Agatha Raisin et James Lacey ont prévu de se marier mais le jour du mariage, Jimmy, l’ancien mari d’Agatha qu’elle croyait mort, fait son apparition à l’église. Furieux, James s’enfuit. Le lendemain, Jimmy est retrouvé assassiné et Agatha et James sont les principaux suspects. »

Il y a un certain nombre de tête à claque dans ces livres, Agatha Raisin la première, mais je peux vous dire que c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Agatha et les habitants de Carsely ! Même les meurtres semblent « doux » dans ces livres.

La lecture est très agréable et ça avance tout seul ! Et c’est marrant !

Et pour l’instant je ne me lasse pas du tout. On se doute que l’histoire d’amour entre Agatha et James va durer encore longtemps, entre « je t’aime-je veux pas te voir » alors on verra bien !

Bonne soirée !

Rentrée en CP !

Ca y est Petite rentre à la grande école ! Alors j’ai pu l’équiper un peu 😉

Le cartable, c’est Moyenne qui l’avait gagné à un concours il y a quelques années, il attend son heure dans le placard depuis ! Mais il me restait les trousses et j’ai ressorti la pochette range-ardoise, faite pour Moyenne à mes débuts en couture. D’ailleurs, Petite a choisi la même ardoise, qui a un peu vieilli mais reste utilisable.

Pour la première trousse, destinée aux crayons de couleur (pris aussi dans les affaires de ses soeurs..), j’ai choisi le modèle otarie de la Petite Cabane de Mavada, trousse que j’avais déjà fait en cadeau il y a quelques temps (et qui avait déjà plu à ma miss..). Je la trouve très mignonne !

Le simili noir vient de Self tissu, une fin de rouleau acheté il y a peut être un an. Le violet est la presque fin de celui que j’ai utilisé pour mes sacs à main entre autre. Le reste vient aussi du stock…

J’ai choisi de ne pas mettre de ventre transparent, même si c’est rigolo car je ne trouve pas que l’intérieur soit joli (même s’il est doux) et je ne trouve pas le transparent bien facile à coudre ! J’ai du coup cousu le ventre en appliqué. Le petit noeud est cousu au milieu et collé sur les bords. L’oeil est une pression résine (mise avant l’assemblage).

Pour la trousse principale, j’ai aussi refait une trousse déjà faite…car je la trouve pratique avec son ouverture large. Je me suis d’ailleurs (re?) aperçue que je m’étais plantée sur le montage.

La miss a choisi les tissus dans mon stock : un tissu enduit (de Bretagne tissu) qui avait servi pour sa trousse de toilette et un coton « stylo ». Elle n’a pas voulu de dessin dessus, alors je lui ai fait un petit coeur dans le simili de l’otarie pour décorer un peu (je n’en suis pas bien contente…mais il sera toujours temps de le refaire !).

Gros moment de stress quand j’ai vu sur la liste de fourniture « double décimètre »….finalement, ça passe juste. Ouf !

Voilà, mon petit bébé est déjà une grande fille (et ne parlons pas des autres qui rentrent en 2nde et terminale !), et je suis prête (bien) avant la rentrée (à moins que je ne lui fasse quelque chose pour la piscine…). Bon mardi !

« La lionne rouge » de Marion Cabrol

C’est ma tante qui m’a parlé de ce livre. C’est un roman étiqueté « suspens », pas vraiment mon style de livre habituel, mais comme vous le savez si vous me suivez, je suis ouverte à tout style de livre, alors je me suis lancée.

Résumé :

« Le zoo d’Amnéville. Dans le froid de l’hiver lorrain, deux veilleurs font leur ronde de nuit. Rien d’inhabituel, semble-t-il, dans le parc animalier endormi… jusqu’à ce qu’un scintillement attise leur curiosité. Celui d’une lampe torche allumée, braquée sur le bassin des ours polaires.

Au fond duquel semble les scruter le regard terrifié, figé dans une expression d’épouvante, d’un corps sans vie, à moitié dévoré, bercé par le remous de l’eau désormais teintée de sang.

Une plongée dans l’univers sombre du zoo : le quotidien des soigneurs, la vie des animaux en captivité, les trafics, les mouvements activistes… »

Alors oui c’est un livre de suspens, mais surtout violent. Quasiment dès le départ, il y a des passages en italique où la meurtrière explique pourquoi elle en est arrivée là et le plaisir qu’elle prend à tuer et torturer les animaux. Il y a régulièrement ces passages violents, dérangeant, qui je dois dire ne m’ont pas plu et m’ont mis mal à l’aise, et un peu empêché de dormir ! En dehors de ces passages, le suspens m’a aussi empêché de fermer le livre et donc de dormir ;-). Cela dit, en dehors de ces interventions, l’histoire est normale, pour autant qu’un meurtre puisse être normal !

C’est Eric Belt, un enquêteur qui vient d’être débarqué de Paris, après visiblement un acte de violence (décidément !), qui s’occupe de l’affaire. Il regrette beaucoup d’être « dans ce trou paumé ». On suit donc son évolution, en parallèle de celle de la tueuse.

Il y a beaucoup de personnages (un peu trop pour moi : je me suis perdue parfois), car il y a une vingtaine de soigneurs, vétérinaires et secrétaires dans ceux que l’on voit le plus.

L’écriture est tout à fait agréable et la lecture facile, alors n’hésitez pas si vous aimez les romans à suspens, vous allez être servi !

C’est un premier roman, alors je ne vous demande pas si vous en avez lu d’autres de l’auteur ;-). Il vous inspire ?

Bon dimanche soir ! Pour moi c’est le dernier soir avant la reprise et je suis partagée entre la joie de retrouver mes collègues, et mon boulot, et l’envie de rester encore en vacances (ben oui, j’ai encore plein de projets couture/tricot/crochet !). Bonne reprise à vous, si c’est le cas !

Ps: on me souffle que je reprends mardi et non pas lundi 🙃 mon souhait d’avoir une journée de plus c’est réalisé mais je crains pour la mémoire 😂

« De battre la chamade » de Sophie Tal Men

C’est le 3eme de la série, après « Les yeux couleurs de pluie » et « Entre mes doigts coulent le sable » (dont visiblement j’ai oublié de vous parler, tant pis !), j’ai retrouvé Matthieu et Marie-Lou pour de nouvelles aventures.

Résumé :

« En commençant son internat de médecine à Brest, Marie-Lou est très vite happée par le tumulte de l’hôpital. Un concentré d’humanité où les rencontres, les émotions, les disparitions aussi, font grandir, mûrir. Plus qu’un apprentissage, c’est une prise de conscience, sur soi et sur le monde. C’est là que bat le coeur de la vie.
Côté sentimental, les choses ne sont pas moins compliquées… Comment retenir l’instable et insaisissable Matthieu dans ses filets ? Lui qui a dû mettre la médecine entre parenthèses pour retrouver son père disparu ?
On retrouve l’énergie et la fraîcheur de l’auteur des Yeux couleur de pluie et de Entre mes doigts coule le sable dans ce roman du quotidien mouvementé de Marie-Lou et Matthieu. Un chassé-croisé amoureux sans répit, un portrait sans fard du monde hospitalier, des histoires d’amitié, beaucoup de résilience pour une vraie surprise. »

J’ai moins aimé ce tome, je l’ai trouvé un peu fouillis. A un moment, je me suis demandée pourquoi on en revenait à ce point là (les évènements peuvent être racontés par plusieurs personnes) alors que dans mon esprit ça fait longtemps qu’on en avait parlé d’un autre point de vue.

Et puis je dois dire que plusieurs personnages m’ont énervé, dont Matthieu qui a des réactions très surprenantes à ne pas donner de nouvelles pendants plusieurs semaines ! Ou Marie la cheftaine de l’internat qui fait gaffe sur gaffe et se mêle de ce qui ne la regarde pas. Encore une fois je me pose des questions sur la réalité de comment ça se passe dans un hôpital, bien que Sophie Tal Men soit neurologue, donc elle sait de quoi elle parle 😉 mais ce n’est pas comme ça que je vois les choses de l’extérieur !

Cependant, la lecture est restée facile et agréable. J’ai d’ailleurs réservé les 2 autres livres de l’auteur à la bibliothèque, ce sont des histoires différentes et c’est très bien comme ça!

Vous connaissez Sophie Tal Men ? Vous avez d’autres auteurs dans le style à me proposer ?

Bon samedi ! (j’espère publier un autre article demain…celui-ci était pourtant écrit depuis une semaine et la photo prise il y a plusieurs jours!), ici ça va être relativement calme, entre tricot et rangement pour être tranquille pour la reprise lundi.