"Les étincelles" de Julien Sandrel

Article du jour, bonjour !

Hier soir, j’ai fini « Les étincelles » de Julien Sandrel. J’ai gagné ce livre il y a peu sur un concours Instagram, c’est une double chance : d’avoir gagné et d’avoir découvert cet auteur que je ne connaissais pas ! Et ça c’est chouette !

L’histoire :

« La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère.

Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère.

Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ?

Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ? »

Ca va être simple : j’ai vraiment aimé cette lecture ! L’écriture est fluide et agréable.

J’ai adoré les personnages principaux : Phoénix, César son frêre, Sandra la grand-mère, Marianne la mère,Victor. Ils sont très attachants, et pour certains, plein d’envie malgré tout. Chacun son caractère, pas forcément facile d’ailleurs, mais ils savent se poser des questions et se remettre en question.

L’histoire m’a plu aussi, elle est bien menée !

Ce que je n’ai pas aimé en revanche, mais ça n’a rien à voir avec les qualités du livre : ce que l’histoire est bien trop réelle, et qu’on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec une vraie entreprise mondiale qui empoisonne le monde (Monsanto en l’occurrence) et s’en fout plein les fouilles. Julien Sandrel explique à la fin s’être inspiré de faits réels et témoignages et effectivement, j’ai eu des sentiments de déjà-vu par moment (remarquez ça m’arrive régulièrement en lisant !) mais ça n’est pas gênant.

Il s’agit du 3eme roman de l’auteur, et j’ai vu que le premier « la chambre des merveilles » étaient dans mes bibliothèques. Je le prendrai dès que cela sera possible.

En attendant de reparler lecture – j’ai déjà bien entamé le livre suivant car insomnie à partir de 3h ! -, je vais me noyer dans mon stock de tissu et imaginer ce que je pourrais faire avec 😉

Passez une belle fin de journée et bon goûter ! Je pense à vous, de ma famille ou pas…

« Marie d’En-haut » d’Agnès Ledig

Avec Agnès Ledig, je vais de coup de coeur en coup de coeur et celui-ci ne fait pas exception ! Je l’ai commencé dimanche dernier, peu après avoir appris que ma grand-mère était hospitalisée, et je me suis plongée dedans et en ai lu les 3/4 dans la nuit (et fini le lendemain), l’insomnie ne me laissant pas dormir ! Le détail « clin d’oeil » est que les 2 personnages principaux ont été élevés par leur « mémé » (surnom que je donne à ma grand-mère aussi!) et y sont beaucoup attachés. Je n’ai pas été élévée par elle, cependant mon attachement est fort.

L’histoire :

« Voilà Olivier, lieutenant de gendarmerie éprouvé par la vie, muté en Ariège.
Au cours d’une enquête, il croise le chemin de Marie, une agricultrice de montagne.
Elle élève seule sa fille Suzie, une enfant pleine de fantaisie, et tente, loin du monde, d’oublier ses blessures passées. La jeune femme compose avec le quotidien grâce à la présence d’Antoine, son voisin, victime lui aussi de la méchanceté des hommes.
La rencontre de ces trois caractères bien trempés aux destins cabossés pourrait être désastreuse, elle s’avère étonnamment émouvante et tendre. »

J’ai retrouvé l’atmosphère des précédents livres et en particulier « on regrettera plus tard » et la suite « de tes nouvelles » avec la même configuration : une femme, un meilleur ami, un prétendant. un enfant. Mais ce n’est jamais vraiment la guerre entre les hommes, les relations sont à peu près sereines. Les personnages ont tous été meurtris, pour une raison ou pour une autre. Ici, comme je vous le disais au début, ça a été une bonne partie dans leur enfance. Encore une fois, j’ai trouvé tout le monde très attachant et je n’avais qu’une envie, les prendre dans les bras pour les consoler.

J’ai beaucoup de plaisir à lire les livres d’Agnès Ledig, malgré les histoires tristes, les livres sont calmes et apaisants. Jamais je ne m’y ennuie, l’écriture est très agréable à lire. J’ai lu tout ce qui est sorti et j’attends la suite avec impatience (2 romans prévus en 2020).

Vous êtes vous laissés tenter par Agnès Ledig ?

Bon samedi (et j’espère pour vous que ça ne sera pas à courir les magasins…pour moi ça va être derrière ma machine à coudre 😉 ).

« Désolée je suis attendue » d’Agnès Martin-Lugand

Agnès Martin Lugand, ça fait longtemps que j’avais envie de la lire. J’avais vu des pubs, j’avais vu des livres à la bibliothèque, mais à chaque fois j’avais déjà trop de livres en attente et j’avais été raisonnable.
Ce coup-ci je me suis lancée et quel plaisir ! J’ai adoré lire cette histoire, les personnages sont attachants, quoi qu’un peu énervant dans leur réaction par moment 😉

C’est l’opposition entre une jeune femme qui donne tout pour son boulot, pour qui seulement le boulot compte et son entourage qui bosse raisonnablement. Où chacun a du mal à comprendre l’autre… Un peu comme ma mère et moi finalement, il y a quelques années 😬 (bisous maman). Mais chacun a ses raisons d’agir d’une façon ou d’une autre alors tolérons les choix des autres !

L’histoire :

« Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d’affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l’adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s’inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu’on lui adresse, elle a simplement l’impression d’avoir fait un autre choix, animée d’une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu’elle s’est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé. Un roman émouvant sur les choix de vie. »

Yaël est à l’opposé de moi et sa façon de vivre et de réagir m’a un peu, comment dire, déboussolé, dans le sens où je n’aurais pas réagi comme elle 😉 et fait penser « pourquoi fait elle ça ? Qu’est ce qu’elle y gagne ? ».

Elle est entourée d’un groupe d’amis, composé de sa soeur et son mari, ainsi qu’un couple, tous amis d’études (ça se dit ça ?), ainsi que de Marc, un revenant, qui essaient tous de lui montrer qu’il n’y a pas que le boulot dans la vie. Et puis il y a le PDG de sa boite, sur qui elle prend modèle (je ne me souviens même plus des prénoms des personnages…ça craint !! il faut dire que je l’ai fini il y a une bonne semaine, mais j’ai déjà attaqué le 3eme livre depuis :-o). On va dire que c’est Bertrand ! Et lui ne semble que bosser. Elle a terriblement envie de réussir, quitte à ne quasiment plus dormir ou manger. Mais est ce la solution ?

De tous les personnages qui essaient de l’aider, il y a Marc, et Marc..j’en suis presque tombée amoureuse 😀 il est gentil, bienveillant, doux, entier (mais peut aussi être colérique et boudeur – enfin il prend du recul). ça donne moins envie !

Et puis j’ai aimé leur séjour dans le Lubéron, dans la maison de campagne des parents de Yaël et sa soeur, parce que ça me parle et que je connais un peu le coin, même si mon père est de l’autre côté du Rhône. C’est toujours beaucoup plus facile de se projeter dans un lieu qu’on connait (cela dit ne pas connaitre n’empêche rien!).

Voilà, j’ai beaucoup aimé ce livre, j’en ai déjà attaqué un autre d’Agnès Martin-Lugand et nul doute qu’il y en aura d’autres ! Et puis comme c’est dit plusieurs fois dans le livre « désolée, je suis attendue » (il faut que j’arrive réveiller Petite pour son cours de danse !).

Bonne journée !!

« No et moi » de Delphine de Vigan

Celui-ci je l’ai récupéré dans une boîte à livres, je ne sais plus quand, mais j’étais avec Moyenne, j’en suis sûre car elle l’avait repéré aussi. Et pour cause, cela parle d’une ado de 13-14 ans avec un QI élevé, ce qui est son cas (âge et QI).

Le résumé :

« Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semble qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.
Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiple les expériences domestiques et les théories fantaisistes.
Jusqu’au jour ou elle rencontre No, une jeune fille a peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigue, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.
Mais nul n’est à l’ abri. »

J’ai tout de suite aimé Lou, cette jeune fille, un peu différente et surtout attachante – qui me rappelle un peu la mienne par certains comportements.

J’ai aussi beaucoup aimé No, toute jeune Sans Domicile Fixe. On découvre avec elle la dure vie de la rue, non pas que je m’imaginais que ce fut une vie agréable, loin de là, mais on est vraiment plongé dans sa vie et ses difficultés.

Leurs échanges et leur amitié nous apprennent beaucoup sur la vie de l’une, ado « normale », et de l’autre, SDF.

On a plaisir à suivre leurs évolutions. On a envie de pleurer aussi parfois. Et puis on se sent démunis : comment peut on envoyer des hommes dans l’espace et laisser mourir des gens dans la rue ? Encore une fois, n’y aurait-il pas de changements à faire dans les gouvernements ? Tout pourrait être simple (ou presque) si l’argent était utilisé à bon escient, utilement et sans abus… (Utopie me revoilà !).

Le livre est maintenant chez Moyenne. Je n’étais pas sûre que ça soit adapté à son âge, mais la fille d’une amie l’a étudié en 5eme, donc pas de problème ! (Pas évident en fait de savoir quel livre peuvent être lus quand… Mais c’est vrai qu’à son âge, presque tout est accessible. Et de toutes façons ce n’est la plupart du temps pas moi qui lui donne des livres à lire 😉 ).

Un film a été tiré de cette histoire, il est bien possible que je l’ai vu. Et vous ? Lu le livre, vu le film ?

Bonne journée !

« Pars avec lui » d’Agnès Ledig

J’ai découvert Agnès Ledig il y a environ un an avec « Juste avant le bonheur« , grâce à une collègue . Comme j’ai bien fait d’installer une boite à livres ! J’ai le droit de me lancer des fleurs, non ? Maintenant on parle régulièrement lectures au boulot et ça c’est chouette !

Agnès Ledig, donc, c’est un peu toujours pareil : il y a quelque chose de difficile qui se passe mais c’est très bien écrit et les personnages sont toujours attachants, enfin la plupart des personnages ! Et ce roman est comme les autres : je l’ai dévoré en 3 soirs !

L’histoire :

 » Ils s’appellent Roméo et Juliette. Comme s’ils étaient prédestinés. Mais c’est à eux d’écrire leur histoire, en dépit des accrocs, des cahots et des heurts. Lui est pompier, un héros du quotidien, solide comme un roc. Mais pas assez pour résister à une chute de huit étages, heureusement amortie par des arbres. Elle est infirmière. De celles pour qui leur travail va bien plus loin que soigner les corps. Attentive, attentionnée, elle donne aux autres sans compter ce que son propre compagnon, Laurent, lui refuse. Ces deux êtres cabossés par la vie vont se tendre la main. Et apprendre qu’envers et contre tout être heureux ce n’est pas regarder d’où l’on vient, mais où l’on va.  »

En dehors de Laurent, qui est exécrable, tous les autres personnages sont attachants et bienveillants. On devine bien sur plus ou moins comment ça va finir, mais pas du tout ce qui va se passer et on a envie de le savoir ! Cette semaine a été assez chargée au boulot, et je me suis couchée tôt tous les soirs…mais pas endormie si tôt que ça car ce n’était pas facile d’arrêter de lire ! Ca se lit tout seul et c’est vraiment un grand plaisir !

Encore une fois, il y a tout ce qu’il faut dans ce roman : amour (familial et avec un grand A), amitié, mort (ça s’est pas obligé !), bienveillance, « conseils » sur la vie…. On plonge dans un service de réa, dans la vie d’une infirmière engagée mais prisonnière de son mari, dans celle d’un pompier qui se bat pour se remettre de sa chute, dans celle d’une grand-mère en maison de retraite, dans celle d’une ado en perdition..

« Pars avec lui » rejoint la liste de mes coups de coeur, comme tous les autres d’Agnès Ledig que j’ai lu avant…et j’espère que ceux que je lirai après ! J’en ai déjà un autre, emprunté à la bibliothèque dès la fin de celui-ci, qui m’attend sur ma table de nuit, mais j’ai été raisonnable, j’ai d’abord pris un livre dans ma table de nuit – un petit j’avoue, car je suis quand même pressée de retrouver l’écriture d’Agnès Ledig. 😀

Vous avez déjà lu Agnès Ledig ? Etes vous aussi accro que moi ?

Bon week-end !