Chaussons en cuir de Mélanie F

J’ai un peu honte, mais à l’automne j’ai gagné un kit Chaussons Big Dreamer de Mélanie F – un concours Mélanie F et le magazine Marie-Claire. J’étais très contente et j’ai choisi pour moi et non pas pour une de mes filles, qui auraient aimé… D’autant plus contente que j’en avais besoin !! Et c’est là que j’ai honte … car j’ai mis 6 mois à les coudre et j’ai donc laissé passer l’hiver. Pas malin, hein ? Mais tant pis, je les aurais pour l’année prochaine !

J’ai rangé mon atelier il y a peu (quand j’ai fini la housse de ma surjeteuse) et j’ai gardé à porter de main les choses qu’il fallait que je fasse en priorité. Bon j’avoue, la robe Mia d’hier n’était pas prévue, mais c’était un besoin, et puis j’ai avancé le reste aussi ! Ce kit était donc dans les choses à faire !

En ce moment, je couds plutôt le matin, entre les petits déjeuners et les devoirs de Petite (les grandes gèrent toutes seules), quand il fait encore trop frais dans la véranda. J’ai donc mis plusieurs matins avant d’arriver au bout des chaussons, mais aussi parce que je ne voulais pas me tromper (bon finalement, j’ai cousu un des chaussons à l’envers.. hum, mais j’ai pu défaire et refaire sans que ça se voit).

Avant toute chose, j’ai réfléchi (si si ça m’arrive) : je ne voulais pas du lien avec petits pompons du patron. Et puis je voulais pouvoir différencier le chausson gauche du droit. J’ai donc choisi de faire un oiseau dans le bout de cuir dédié normalement aux pompons.

Et ça n’a pas été si simple que ça, car une fois que j’ai choisi le modèle, j’ai voulu le découper avec ma silhouette Portrait, et bon, le cuir c’est épais, trop. J’ai quand même réussi (après 6 passages, 3 fois en double découpe, lame au maximum) à ce que ça soit quasiment coupé (peut être un double passage supplémentaire aurait suffit ? mais c’était prendre le risque que le cuir bouge…), donc j’ai fini à la main et j’ai recoupé les petits fils à la main aussi. Le résultat est finalement satisfaisant mais clairement, je ne referai pas comme ça. Parfois, on se complique la vie en pensant la simplifier !

J’ai collé puis piqué tout autour pour que l’oiseau ne s’envole pas !

La marche à suivre est bien expliquée, mais seule remarque : je trouve qu’il manque le nombre de pièces à couper et dans quelle matière. Ce n’est pas écrit sur le patron, ou du moins que partiellement et dans les explications, il n’y a qu’une photo sur laquelle je vois 3 découpes de semelle, mais je n’avais que le « doudou » et le cuir extérieur.

Autre problème, qui ne vient pas du patron : ma machine (Brother Innovis 955) a eu du mal à certains moments. Au départ, les points sautaient, après ça a marché et puis surtout, il m’a été impossible de coudre la languette au milieu du talon car 4 épaisseurs à cet endroit là pour la taille adulte – 3 ça passe, pas 4! – donc j’ai décalé juste à côté. J’ai utilisé une aiguille spécial cuir, mais pas de pieds Teflon (que je n’ai pas..) mais le cuir glissait plutôt bien.

J’ai élargi un peu le haut des pieds de la semelle, car j’ai les pieds larges et les miens rentraient à peine dans le patron et mangeait les marges de couture.. Du coup, j’ai coupé le premier pied et élargissant au moment de couper et pour avoir les deux mêmes pieds :-D, j’ai mis le premier en miroir pour couper le deuxième, en coupant. Et j’ai fait pareil avec la 2eme épaisseur..

En tout cas, ces chaussons sont beaux, hyper confortables et je suis très contente de les avoir (enfin) cousu, d’autant plus qu’ils tiennent bien aux pieds et comme j’ai plein d’escaliers chez moi, je peux les garder. Chose étrange, je les trouve encore plus confortable quand je suis en collants (et ça tombe bien car la plupart du temps, je suis en collants ou en chaussettes de la même matière !).

Je suis parée pour continuer à me confiner 😉

Bon lundi et puis suivons les oiseaux en pensée !

Robe Mia, version manches longues

Il y a quelques jours, ma copine Flo m’a (re)donné envie avec sa robe en jersey et hier je me suis décidée à choisir un patron et aller voir dans mon stock.

Pour le patron, je n’avais pas trop le courage d’en recopier un (ça en fait des pièces une robe!)…et plus beaucoup d’encre dans l’imprimante (que je garde pour les devoirs du coup..), et plus du tout de feuilles de brouillon (je n’ai pas du tout pensé à en prendre avant le confinement !). Alors j’ai pensé à la robe Mia, que j’ai fait l’été dernier et je me suis dit que j’allais changer l’encolure. Je n’ai même pas eu besoin puisque le patron prévoit plusieurs finitions. J’ai juste eu à assembler les manches longues et le devant « à col rond ». Ca m’allait bien !

J’ai fouillé dans mon stock et en ait sorti plusieurs possibiltiés. C’est celle-ci qui a finalement était choisir. Le haut est dans un jersey acheté au salon Créativa, euh il y a 2 ans et demi et le gris, du biotissu, probablement plus récent (c’est une valeur sure !).

Je n’ai pas réussi à faire rentrer les manches longues, ni dans un tissu, ni dans l’autre, du coup je me suis rabattue sur des manches 3/4 bicolores. Moi qui n’en porte jamais et les rallonges en général, j’ai eu envie de changer ! Ca sera parfait une fois que j’aurais pris l’habitude de ne pas tirer sur les manches, mais finalement en ce moment c’est parfait les manches 3/4, pas besoin de les remonter pour se laver les mains :-p. Et comme c’est du jersey relativement fin, mettre un pull par dessus restera confortable.

Cette version est tout aussi confortable que la première et parfaite pour « danser » (sans commentaire, hein 😉 ).

Pour les surpiqures, j’ai fait

  • ton sur ton pour le haut (d’ailleurs on voit la vraie couleur et les motifs du tissu, le soleil breton est trop fort !)
  • des feuilles en mauve pour le gris. J’avais envie de casser un peu le foncé du gris !

Voilà donc une tenue parfaite pour trainer à la maison, ou pour sortir plus tard. Et puis je me réserve la possibilité de la transformer en robe à manches courtes mauves, si les manches 3/4 ne me conviennent pas !

Et vous, couture ou pas en ce moment ? Finalement ça a du bon d’avoir du stock..

Bonne fin de dimanche !

Chaussettes Kalajoki de Tiina Partanen

Avoir tricoté des chaussettes pour Petite m’a donné envie d’en faire pour moi, alors j’avais demandé au Père Noël de la laine j’ai eu 2 pelotes de Super Soxx de Lang yarn et 4 de Plassard Métisse. Merci père Noël ! C’est la première sorte que j’ai utilisé ce coup-ci.

Je n’avais pas envie d’un patron trop compliqué, ni avec des trous (j’ai pas besoin qu’il y en ait dans le patron pour les faire 😀 ). Avec l’échantillon (avec des aiguilles 2.75) que j’obtenais, j’ai trouvé les Kalajoki, dont le motif représente les méandres de la rivière du même nom, en Finlande. J’ai trouvé ça très poétique et je me suis lancée ! Petit plus : c’est un modèle gratuit et en français !

Le patron est relativement clair, même si je me suis posée des questions quelques fois (et que je me suis plantée quelques autres fois, car j’ai voulu suivre le diagramme sur mon téléphone…j’ai fini par l’imprimer pour la 2eme chaussette !).

La laine est très douce et agréable à tricoter, et à porter. Et en plus, il m’en reste 40 g (sur les 100 g de base d’une pelote, et ça c’est chouette !).

Voilà, les chaussettes c’est le pied ! Et vous, vous en tricotez ?

Bonne journée du jour !

Pull Helvellyn 3, le retour !

C’est un nouveau pull Helvellyn que je vous montre aujourd’hui. J’ai mis plus de temps à le prendre en photo qu’à le tricoter… pour vous dire, Petite l’a porté à l’école !!

Le premier Helvellyn que j’avais fait était pour elle, mais il était trop grand (en 6 ans). Du coup, je l’ai refait en 4 ans et c’est parfait (elle mesure 1 m 02 pour 13.5 kg) ! En fait, au blocage, les mailles s’élargissent mais ça en bouge pas (en longueur). Cependant, il faudra que je tire un peu sur les manches au prochain lavage, car elles sont un peu limite !

La première idée était de déstocker la laine Idéal de Bergère de France que j’avais acheté en trop grande quantité à mes débuts. Cela dit, elle a choisi d’avoir un pull noir (alors que je lui proposais le noir seulement en contrastant) et j’ai du racheter, 20 pelotes 😮 En fait, c’est bien moins cher à l’unité d’acheter 10 pelotes (et 10 gratuites d’une autre couleur) que d’en acheter que 4-5 avec les mêmes frais de port. Donc niveau déstockage c’est raté, à part pour le rose !!

J’aime toujours autant les finitions. La miss voulait absolument être prise en photo avec les avocats… faut pas chercher ! 😀

Modèle : Helvellyn little d’Along avec Anna

Laine : Idéal de Bergère de France

Vous reprendrez bien un peu d’avocat ?

Bon mercredi

Déstockage #22 : des masques, des masques et encore des masques !

Au début du confinement, je regardais de loin la confection de masques, au milieu de la polémique : utile /pas utile / dangereux.

Et puis finalement j’ai proposé à ma voisine infirmière si elle en avait besoin. Ce n’était pas le cas dans un premier temps, mais quelques jours après elle m’a demandé si j’étais toujours d’accord d’en faire, pour un de ses patients j’imagine, qui dirige un petit supermarché.

J’ai cherché des infos et je me suis référée au long article de Couture et paillettes à ce sujet, et j’ai suivi son tuto.

J’ai pris des tissus 100% coton.

Une fois que j’ai fini les 30 masques (tous pareils), je me suis inscrite sur le groupe « Sauve ton soignant » sur Instagram et j’ai été contactée par une aide-soignante d’un EPHAD à côté de chez moi, et j’ai fait ce coup-ci 51 masques jusqu’ici.

Autant dire que j’ai bien déstocké pour les 81 masques, en tissu (des chûtes et des grands coupons!) mais surtout en élastique. J’ai commencé par les plus fins, puis heureusement que j’avais un rouleau de 20 m environ (25 m à la base) d’un élastique de 2.5 cm de large, que j’ai du coup coupé en 3 (après essai, ça ne semble pas bouger !).

Pour varier les plaisirs et éviter lassitude et fatigue (être debout longtemps sans presque bouger ou restée concentrée sur la machine me demande plus d’énergie que sans SEP) et rentabiliser le temps, j’ai fait par série de 5-10 masques : coupage de l’extérieur, puis de l’intérieur (2 pièces), surjeteuse, couper les fils, puis machine à coudre, mettre les élastiques (ça c’est mon chéri le soir..), coudre les élastiques, couper les derniers fils et tourner les élastiques pour que la couture soit cachée. Ca fait pas mal d’étapes ! Et ça m’a permis de ne pas penser, en plus de me rendre utile (ce qui était quand même ma première préoccupation !).

J’ai transmis avec les conseils d’utilisation (lavage, maximum 3h, rajouter un filtre…). Je précise que je n’ai rien demandé en échange (même si j’ai eu..et que ça me gêne plus qu’autre chose), mon seul but est de rendre service et de mettre à profit ce temps libre et les capacités dont je dispose (je précise car certains en profitent pour vendre des masques à des prix surprenants).

Et vous, masque ou pas masque ?

Bonne journée

ps : les recommandations de l’AFNOR sont sorties après que j’ai fini, si je dois en faire d’autres, je changerai de forme.