Vivre

Je suis abonnée à la Newsletter de Positiv , qui donne tous les jours des infos positives 😉

Aujourd’hui, c’est une lettre émouvante qui nous a été transmise. Holly a écrit « des conseils de vie », la veille de son décès à 27 ans… Et j’avais envie de partager sa lettre avec vous. Ce sont des choses qu’on sait mais qu’on n’applique pas forcément……

A bit of life advice from Hol:It’s a strange thing to realise and accept your mortality at 26 years young. It’s just…

Publié par Holly Butcher sur mercredi 3 Janvier 2018

« Un petit conseil de vie de Hol :

C’est une chose étrange de réaliser et d’accepter votre mortalité à 26 ans. Ça fait juste partie de ces choses que vous préférez ignorer. Les jours passent et vous imaginez qu’ils continueront à venir. Jusqu’à ce qu’arrive l’inattendu. Je me suis toujours imaginée vieillir, devenir ridée et grisonnante, vraisemblablement à cause de la jolie famille (avec beaucoup de bambins) que je projetais de fonder avec l’amour de ma vie. Je désire tellement cela que j’en ai mal.

C’est ça le truc avec la vie. Elle est fragile, précieuse et imprévisible et chaque jour est un cadeau, pas un droit donné. J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J’aime ma vie. Je suis heureuse… Je le dois à mes proches. Mais je n’ai pas le contrôle.

Je n’ai pas entamé cette « note avant de mourir » pour vous faire redouter la mort – j’aime le fait que nous ignorions pour la plupart qu’elle est inévitable. Sauf quand je veux en parler et qu’elle est traitée comme un sujet «tabou» qui n’arrivera jamais à aucun d’entre nous… Cela a été un peu dur. Je veux juste que les gens cessent de s’inquiéter des petits stress insignifiants de la vie et essayent de se rappeler que nous avons tous le même destin après tout, alors faites ce que vous pouvez pour que votre temps vaille la peine et soit merveilleux, sans les conneries.

J’ai couché beaucoup de mes pensées ci-dessous car j’ai eu beaucoup de temps pour méditer sur la vie ces derniers mois. Bien sûr, c’est au milieu de la nuit que ces choses surgissent au hasard dans ma tête !

Toutes ces fois où vous râlez à propos de choses ridicules (ce que j’ai vraiment remarqué ces derniers mois), pensez à quelqu’un qui est vraiment confronté à un problème. Soyez reconnaissant pour votre petit problème et surmontez-le. Il est normal de souligner que quelque chose est agaçant, mais essayez de ne pas faire perdurer cela et de ne pas affecter négativement la journée des autres.

Une fois que vous ferez cela, sortez et prenez une grande inspiration d’air, cet air frais profondément dans vos poumons, regardez à quel point le ciel est bleu et à quel point les arbres sont verts. C’est tellement beau. Pensez à quel point vous êtes chanceux de pouvoir le faire – respirez.

Vous êtes peut-être restés coincés dans les bouchons aujourd’hui, ou vous avez mal dormi parce que vos beaux bébés vous ont empêché de dormir, ou votre coiffeur vous a coupé les cheveux trop courts. Peut-être que vous avez égratigné vos nouveaux faux ongles, que vos seins sont trop petits, ou que vous avez de la cellulite sur le derrière et que votre ventre est flageolant.

Laissez tomber toute ces conneries… Je vous jure que vous ne penserez pas à ces choses lorsque ce sera votre tour de partir. C’est tellement insignifiant quand on regarde la vie dans son ensemble. Je regarde mon corps maigrir à vue d’oeil sans que je ne puisse rien y faire et tout ce que je souhaite désormais, c’est que je puisse avoir un anniversaire ou un Noël de plus avec ma famille, ou juste un jour de plus avec mon partenaire et mon chien . Juste un de plus.

J’entends des gens se plaindre d’à quel point leur travail est terrible ou d’à quel point il leur est difficile de faire de l’exercice. Soyez reconnaissant d’être physiquement capable de le faire. Le travail et l’exercice peuvent sembler des choses si triviales… jusqu’à ce que votre corps ne vous permette plus de faire l’un ou l’autre.

J’ai essayé de vivre une vie saine, en fait, c’était probablement ma principale passion. Appréciez votre bonne santé et le bon fonctionnement de votre corps, même si vous n’avez pas la taille idéale. Prenez soin de lui et appréciez à quel point il est incroyable. Déplacez-le et nourrissez-le avec de la nourriture saine. N’en devenez pas obsédé.

Rappelez-vous que la bonne santé ne se limite pas au corps physique. Travaillez aussi dur pour trouver votre bonheur mental, émotionnel et spirituel aussi. De cette façon, vous pourriez vous rendre compte à quel point obtenir ce corps parfait stupidement représenté sur les réseaux sociaux est insignifiant et sans importance… Tant qu’on est sur ce sujet, supprimez tout compte qui apparaît dans votre flux de nouvelles et qui vous donne le sentiment d’être une merde. Ami ou pas. Soyez impitoyable pour votre propre bien-être.

Soyez reconnaissant du fait que chaque jour vous n’ayez pas de douleur et même les jours où vous ne vous sentez pas bien avec la grippe, un mal de dos ou une entorse à la cheville, acceptez que ça craint, mais soyez reconnaissant que cela ne mette pas votre vie en danger.

Râlez moins, les gens !… Et aidez-vous davantage les uns les autres !

Donnez, donnez, donnez. Il est vrai qu’on est plus heureux lorsqu’on fait des choses pour les autres que pour soi-même. J’aurais aimé en faire plus. Depuis que je suis malade, j’ai rencontré les gens les plus incroyablement généreux et les plus gentils, et j’ai reçu les mots les plus réfléchis et les plus aimants de ma famille, de mes amis et d’étrangers. Plus que je ne pourrai jamais donner en retour. Je n’oublierai jamais ceci et serai toujours reconnaissante envers tous ces gens.

C’est une chose étrange d’avoir de l’argent à dépenser à la fin… quand vous êtes en train de mourir. Ce n’est pas le moment où vous sortez et achetez des choses matérielles comme vous le feriez habituellement, comme une nouvelle robe. Cela vous fait réfléchir sur le fait qu’il est stupide de croire que ça vaut la peine de dépenser autant d’argent pour de nouveaux vêtements et de nouvelles « choses » dans nos vies.

Achetez à votre amie quelque chose de gentil au lieu d’une autre robe, d’autres produits de beauté ou d’autres bijoux pour ce prochain mariage. 1. Personne ne se soucie que vous portiez la même chose deux fois. 2. Ça fait du bien. Invitez-la à déjeuner, ou mieux encore, préparez-lui un repas. Invitez-la à boire un café. Donnez-lui / achetez-lui une plante, un massage ou une bougie et dites-lui que vous l’aimez quand vous lui offrez.

Respectez le temps des autres. Ne les laissez pas attendre parce que vous êtes nuls pour arriver à l’heure. Préparez-vous plus tôt si vous êtes l’une de ces personnes et appréciez le fait que vos amis veuillent partager leur temps avec vous. Ils n’ont pas envie de s’asseoir seuls à attendre un ami. Vous allez gagner leur respect aussi ! Amen sœur.

Cette année, notre famille a accepté de ne rien faire et malgré le sapin plutôt triste et vide (j’ai failli craquer au réveillon de Noël !), c’était tellement chouette parce que les gens n’ont pas eu la pression du shopping et ont concentré leurs efforts pour s’écrire une carte les uns aux autres. De plus, imaginez ma famille essayant de m’acheter un cadeau sachant qu’il leur resterait probablement sur les mains… bizarre ! Cela peut sembler nul mais ces cartes signifient plus pour moi que n’importe quel achat impulsif le pourrait. Cela dit, c’était aussi plus facile à faire dans notre maison parce que nous n’avions pas de petits enfants chez nous. Quoi qu’il en soit, la morale de l’histoire – les cadeaux ne sont pas nécessaires pour un Noël réussi. On continue.

Utilisez votre argent pour des expériences… Ou du moins ne passez pas à côté d’expériences parce que vous avez dépensé tout votre argent dans des conneries matérielles. Faites l’effort de faire ce voyage d’une journée à la plage au lieu de le remettre à plus tard. Trempez vos pieds dans l’eau et enfoncez vos orteils dans le sable. Mouillez votre visage avec de l’eau salée.

Mêlez-vous à la nature.

Essayez juste de profiter et d’être dans l’instant présent plutôt que de le capturer à travers l’écran de votre téléphone. La vie n’est pas destinée à être vécue à travers un écran ni à obtenir la photo parfaite… Profitez du foutu moment, les gens ! Arrêtez d’essayer de l’immortaliser pour tout le monde.

Question rhétorique aléatoire. Est-ce que ces quelques heures passées à se coiffer et à se maquiller chaque jour ou à sortir en soirée en valent vraiment la peine? Je n’ai jamais compris cela à propos des femmes.

Levez-vous tôt et écoutez les oiseaux pendant que vous regardez les belles couleurs que le soleil offre à mesure qu’il se lève.

Écoutez de la musique… écoutez vraiment.

La musique est une thérapie. La musique d’époque est la meilleure.

Câlinez votre chien. Là où je serai, ça va me manquer.

Parlez à vos amis. Posez votre téléphone. Est-ce qu’ils vont bien ?

Voyagez si c’est votre désir, ne le faites pas si ce n’est pas le cas.

Travaillez pour vivre, ne vivez pas pour travailler.

Sérieusement, faites ce qui rend votre cœur heureux.

Mangez du gâteau. Zéro culpabilité.

Dites non aux choses que vous ne voulez vraiment pas faire.

Ne vous sentez pas obligé de faire ce que les autres considèrent comme faisant partie d’une vie épanouissante… vous pourriez désirer une vie banale et c’est très bien.

Dites à vos proches que vous les aimez chaque fois que vous en avez l’occasion et aimez-les avec tout ce que vous avez.

Aussi, rappelez-vous que si quelque chose vous rend misérable, vous avez le pouvoir de le changer – dans le travail ou l’amour ou quoi que ce soit. Ayez le courage de changer. Vous ne savez pas combien de temps vous avez sur cette Terre, alors ne le gaspillez pas à être misérable. Je sais que c’est ce qu’on dit tout le temps, mais ça ne pourrait pas être plus vrai.

Quoi qu’il en soit, c’est juste un conseil de vie, jeunes filles. Prenez-le ou laissez-le, ça ne me dérange pas !

Oh et une dernière chose, si vous le pouvez, faites une bonne action pour l’humanité (et moi-même) et commencez à donner régulièrement votre sang. Cela vous fera vous sentir bien avec le bonus supplémentaire de sauver des vies. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui est tellement négligé alors que chaque don peut sauver 3 vies ! C’est un impact énorme que chaque personne peut avoir et le processus est vraiment si simple.

Le don de sang (plus de poches que je ne pourrais en compter) m’a aidée à rester en vie une année supplémentaire – un an que je serai toujours reconnaissante d’avoir pu passer sur Terre avec ma famille, mes amis et mon chien. Une année durant laquelle j’ai vécu quelques-uns des meilleurs moments de ma vie…

Jusqu’à ce qu’on se revoit…

Hol

Xoxo »

 

Alors on garde le sourire, on arrête de se prendre la tête pour des conneries et on profite de la vie.

CARPE DIEM !

Bibliothécaire d’un jour…

J’ai de la chance d’habiter à la campagne (c’est un point de vue 😉 ).

Quel rapport avec la bibliothèque me direz vous ? Et bien simplement, qui dit petite commune, dit petite bibliothèque avec peu de moyens, et qui tourne grâce à des bénévoles. Vous voyez où je veux en venir ?

Au départ, je n’allais que dans la médiathèque de la ville où je travaille et puis un jour j’ai accompagné une copine dans la bibliothèque du village de l’école. Je m’y suis inscrite et j’ai commencé à y aller régulièrement. Je voyais bien que je connaissais les personnes derrière l’ordinateur, mais je n’osais pas demander comment faire pour être bénévole…et puis je me doutais que mon chéri n’allait guère apprécier, vu mon emploi déjà bien rempli entre mes diverses activités et celles de mes filles. Mais tant pis ! J’avais trop envie, alors je me suis lancée.

Une petite formation  et une séance en binôme et me voilà partie pour ma première permanence. Trop bien !

Cela fait 1 an maintenant que je tiens une permanence environ une fois par mois (on est 15-20 bénévoles pour 5 permanences de 1h30-2h dans la semaine). Et j’adore !

J’enregistre les retours et les prêts, range les livres qui sont revenus, aide/conseille quand c’est possible… et rencontre du monde pour discuter livres (et autres, forcément). C’est comme ça que j’ai emprunté « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une  » de Raphaëlle Giordano quand une copine l’a ramené et m’en a dit que du bien (elle l’avait gardé 2 mois !! elle s’est basée dessus pour des cours) et que quand je l’ai rendu, je l’ai directement réservé pour une autre copine, qui l’a pris 1h après à peine !

J’ai assez peu l’occasion de parler de mes lectures au quotidien, alors j’apprécie vraiment ces échanges. Ca me permet de voir des gens que je ne prends pas le temps de voir à côté aussi. C’est chouette !

Et puis, Toute Petite est avec moi quasiment à chaque fois. Je lui raconte des histoires, elle m’aide à biper, elle dessine, choisit ses livres… jamais elle n’a dit qu’elle voulait partir.

Moyenne vient aussi quand elle peut, le bonheur absolu pour cette grande lectrice..on continue d’aller à la médiathèque d’ailleurs.

Je dois dire que ça me fait plaisir, car j’ai assez peu de souvenirs de livres de quand j’étais petite (enfin si j’en vois quelques uns quand même que j’avais bien aimé, parce que je dévorais pas mal aussi..) mais je me souviens bien des bibliothèques que j’ai fréquentées.

Celle de ma ville d’enfance, au 2eme étage (1er?) d’un vieil immeuble, avec des petites pièces voûtées, et dont la bibliothécaire était la maman d’une de mes copines de classe. On y allait, aussi, avec l’école. J’ai d’ailleurs refait le chemin école-bibliothèque (c’est à dire traverser une place) pendant les vacances…nostalgie !! (surtout que l’école et la bibliothèque ont été déplacées).

Puis celles de ma (grande) ville d’adolescente, où j’ai eu plus de mal à me sentir à l’aise (forcément, je ne connaissais pas les bibliothécaires !) . Et après, la grande question : je choisis où mes livres entre enfants et adultes?

Même si j’ai pas trop fréquenté de bibliothèque pendant une période, j’ai toujours à grand attachement à ce genre de lieux.

Et vous, ça vous inspire quoi une bibliothèque ? Youpi ou au secours ?