« La mélancolie du kangourou » de Laure Manel

Ame sensible s’abstenir.. quoi que. On sait de base à quoi s’attendre, alors ? Et je suis une âme  (trop) sensible 😉

la_melancolie_du_kangourou_poster

Le résumé :

« Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ? Il n’est jamais trop tard pour (ré)apprendre à aimer »

Je l’ai commencé après une journée bof, au point où j’en étais… et j’ai avalé les pages les plus dures. Puis j’ai tout lu en  une semaine, il y a 340 pages, c’est pour dire comme j’ai été emballée !

Honnêtement, juste à lire le résumé, je ne crois pas que je l’aurais lu, car comme vous l’avez remarqué, j’aime mieux les sujets plus légers en ce moment. Mais c’est une collègue qui m’en a parlé plusieurs fois et me l’a prêté. Une fois dans les mains, je n’avais qu’une chose à faire : alors je l’ai lu, et je ne regrette absolument pas ! Je ne peux que la remercier !

J’ai beaucoup aimé cette lecture. C’est très agréable à lire, ça se lit tout seul 😉 Même si je n’étais pas bien à l’aise au début, l’histoire commençant bien sûr par l’accouchement (et même pas leur bonheur un peu avant).

La narration alterne entre le point de vue de Rose et de celui d’Antoine (voire d’autre personnages suivant le moment). Les personnages sont attachants (ou pas).

Petit bonus personnel, la grand-mère d’Antoine habite au Grand Bornand, juste à côté de La Clusaz où nous avons la chance de passer de nombreuses vacances (merci à mon beau-père 😉 ) alors c’est toujours sympa d’avoir une idée de l’endroit où ça se passe ! Le reste du temps ils sont à Paris, que je connais aussi un peu…mais bizarrement (désolée les Parisiens:-p), ça me fait beaucoup moins rêver !

C’est un livre plein de vie, contre toute attente 😉  et de rebondissements, même si on peut deviner assez facilement le gros de l’histoire. Mais j’ai vraiment beaucoup aimé et je ne peux que vous  le recommander ! C’est un gros coup de coeur !

Laure Manel a aussi écrit la « Délicatesse du homard » et je n’hésiterai pas à le lire si je tombe dessus (malheureusement il n’est pas ma bibliothèque… peut être à la 2eme) ?

Vous connaissez cet auteur ?

Le mot de la fin sera  (même si je crois que je l’ai déjà mis ) ..

CARPE DIEM

(profitons de la vie)

6 réflexions sur “« La mélancolie du kangourou » de Laure Manel

  1. Pour une fois, ta vieille mère confirme ton choix. Je me suis régalée avec « la mélancolie du kangourou » et « la délicatesse du homard » (je les ai sur ma liseuse). J’ai aussi beaucoup aimé « l’homme qui voulait être heureux ».
    Ce sont des livres qui sont très agréables à « dévorer » mais qui soulève aussi des questions et permettent de réfléchir sur sa vie, sur la vie, ….
    Tout ce que j’aime

    J'aime

    • Ah ! Comme quoi on se rejoint parfois 😉
      Il faudra que tu me prêtes ta liseuse, à moins que je n’arrive à avoir la Délicatesse du homard par la bibliothèque (à voir le premier des deux !).
      Oui moi aussi j’aime bien ce type de livres, mais je mets Grimaldi dans le même panier !

      J'aime

A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.