« Sobibor » de Jean Molla

Lorsque je suis allée acheter ce roman à la librairie pour les cours de Moyenne, la couverture m’ inspiré, j’ai eu envie de le lire aussi. Je trouvais le nom joli. Pardonnez mon ignorance, mon esprit n’avait pas enregistré qu’il s’agissait d’un village polonais qui avait « abrité » un camp d’extermination.

Le résumé ne m’en a pas dissuadé, même si je ne m’attendais à rien de joyeux. J’ai déjà lu (et vu) Un secret de Philippe Grimbert, et nous avons « visité » un certain nombre de lieux importants de la Seconde Guerre Mondiale il y a quelques années.

Le résumé :

« Je l’ai fait pour qu’on m’arrête», répond Emma après avoir volé des biscuits dans un supermarché. Que se cache-t-il derrière ses mots, sa maigreur extrême, sa beauté douloureuse ? Quelle est l’origine de son anorexie : l’indifférence de ses parents, le silence, les mensonges savamment entretenus ? Emma veut savoir. Emma veut comprendre. La découverte d’un vieux cahier fera bientôt surgir du passé d’épouvantables secrets.

Elle maigrit beaucoup. Volontairement. Pourquoi ? Elle-même ne le sait pas vraiment. Tout bascule le jour où elle découvre un vieux journal intime dont la lecture l’entraîne dans une douloureuse enquête sur le rôle de ses grands-parents pendant la Seconde Guerre mondiale… »

Le livre n’est pas très long (150 pages) mais je l’ai lu de toutes façons très vite. Cette lecture n’était pas un plaisir.. Entendons nous bien, c’est ce que je lisais qui était dur, mais pas du tout l’écriture qui est agréable à lire. J’ai ressenti un malaise tout au long de cette lecture, mais il n’était pas question de s’arrêter.

On est plongé dans la vie d’Emma, anorexique, boulimique et très mal dans sa peau. Et en même temps, elle nous parle de ce cahier trouvé, qui renferme le journal intime d’un français devenu SS volontairement et qui nous décrit la construction et la vie dans le camp de Sobibor, sans aucune remise en question de la légitimité de ces actions ou remord de quoi que ce soit.

Je me suis sentie démunie devant la douleur d’Emma et à la fois étonnée et soulagée de sa force et de sa capacité à rebondir. Je me suis sentie abasourdie devant le journal de Jacques. Comment peut on penser comme ça ? Oui je ne suis pas dupe, c’est bien la vérité et nombreux ont pensé que l’extermination des juifs étaient la « solution », et même aujourd’hui je sais que certains y pensent (pour les juifs ou d’autres). Mais justement, comment peut on encore y penser aujourd’hui ?

Je me suis dit que ce livre était dur pour des élèves de 3eme – alors que Moyenne s’est beaucoup intéressée à la Seconde Guerre Mondiale et qu’elle a déjà lu ce genre de témoignages. Mais pour autant, si ça peut faire réflêchir les élèves, à la fois sur l’anorexie et autres problèmes qui peuvent les toucher directement, et sur certaines idées, c’est une très bonne chose. Car bien sur, il ne faut pas oublier.

C’est probablement un livre dont je me souviendrai mais plus d’un livre choc que d’un livre coup de coeur. En tout cas, je ne regrette pas ma lecture.

Vous l’avez lu ? Vous lisez des livres témoignages dans ce genre ?

Bonne journée !

2 réflexions sur “« Sobibor » de Jean Molla

  1. Pingback: « Des mots pour la fenêtre  de beaucoup de monde | «Mes petits loisirs

  2. Pingback: « Poste restante à Locmaria  de Lorraine Fouchet | «Mes petits loisirs

A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.