« #la mère coupable » Caroline Fourment

Lundi matin, de bonne heure et de bonne humeur, une collègue est passée me voir en tendant son livre en me disant « j’ai pensé à toi en le lisant, je suis sûre que tu vas te reconnaitre ». Et là, je n’avais qu’une envie… me mettre à lire ! J’avoue, j’ai parcouru une page, au milieu (pour être moins tentée de continuer 😉 ).. et le peu que j’ai lu m’a donné envie de continuer !

Ce livre, c’est « #la mère coupable » Caroline Fourment.

la-mere-coupable

Lundi soir, au lieu de reprendre mon livre actuel, j’ai pris celui-ci.

Caroline Fourment est une blogueuse, blog du nom du livre ;-), qui y « raconte sa vie ».

Le petit roman (150 pages) se lit très vite. L’écriture est fluide et agréable, quoi que un peu trop blog par moment (plusieurs fois, en parlant de Monsieur Papa, la mise en forme est avec 3 cases au choix à cocher, ça m’a perturbé 😉 ).

La « Mère coupable » a 40 ans, 3 enfants dont une ado… jusqu’ici c’est moi (ou presque Moyenne étant ado aussi !). Elle nous explique son partage entre son ras le bol du quotidien (répéter 50 fois les choses, ranger, faire des lessives….) et sa volonté de partir sur une île déserte. Elle nous raconte les petits défauts de ses enfants, les siens et ceux de son mari aussi, sa crise de la quarantaine.. Mais ça passe tout seul, c’est très sympa !

Le seul gros défaut de ce livre ? C’est que c’est trop réaliste ! Quand par exemple elle dit, « Miss Tarte au maroille est au milieu. Elle crie depuis sa naissance pour se faire remarquer, comme tous les enfants du milieu » (citation de tête)… je vois très, trop bien de quoi elle veut parler (d’autant que je suis aussi du milieu :-p).

Alors voilà, si vous avez envie de lecture facile, allez y sans hésiter, même si vous n’avez pas 40 ans ! On passe un bon moment à lire « la mère coupable » :-). Ca vous tente ?

Pour ma part, je vais le passer (sur demande de ma collègue) à une autre collègue, qui je suis sûre va se reconnaître aussi !

Merci S. pour le prêt !

 

« Le Montespan » de Jean Teulé

Je crois que j’ai fini, dans la plus petite des bibliothèques que je fréquente, d’écouter les Audiolibs qui m’attiraient… je commence à écouter des livres que je n’aurais pas lu (écouté) comme ça.

http3a2f2fcsimg-webmarchand-com2fsrv2ffr2f290776996202ft2f340x3402fc2fffffff2furl2fle-montespan.jpg

« Le Montespan » de Jean Teulé en fait partie. Il s’agit d’un roman historique qui relate la vie du marquis de Montespan, Louis-Henri de Pardaillan et de sa femme, Françoise, qui se faisait appeler Athénaïs, maîtresse de Louis IV.

Au départ, tout allait bien. Le jeune couple est amoureux, tout est beau.. mais quelques années plus tard, Athénaïs est choisie par le Roi pour être sa maîtresse. C’était une chose commune, qui était normalement un honneur. Sauf que Louis-Henri ne l’a pas du tout pris comme ça et il est allé de déboires en déboires, au lieu de profiter des avantages que le Roi lui accordait en échange de sa femme !

Il s’agit d’une histoire vraie. Jean Teulé, dont j’ai écouté l’interview après le roman, expliquait qu’il n’avait pas rajouté grand chose dans les anecdotes. Au moins une chose que je n’ai pas regretté, je n’aurais pas forcément lu une interview écrite 😉

L’histoire en elle-même je suis mitigée. J’ai vraiment eu du mal avec certains passages, par exemple :

  • quand Françoise rejette ses jeunes enfants – dur pour mon coeur de maman poule 😉
  • quand l’auteur explique que je ne sais plus quelle marquise déféquait au moindre effort et en mettait partout (comme tout le monde à ce moment là) … en allant au boulot, juste après le petit dej, j’avoue que j’ai eu la nausée…

Bref, plein de petits trucs qui m’ont pas vraiment enchantés, mais d’un autre côté, je voulais savoir comment ça finissait. Et vu qu’il y avait 8h (!!!) d’histoire, j’ai du prendre mon mal en patience (et en plus la fin ne m’a pas plu :-p ).

Donc je reste partagée sur ce livre. En tout cas, je ne suis pas fan des romans historiques, c’est une chose que j’aurais retenu.

Pour ceux qui sont intéressés par l’histoire, mais pas par la lecture ou l’écoute, il existe un film .

Vous avez lu, vu, écouté le Montespan ? Ca vous tente ? Certes je n’en fais pas plus l’éloge que des « Les Muchachas » de Katherine Pancol mais bon 😉

 

 

 

 

« Les Muchachas » de Katherine Pancol

Ca y est je suis arrivée au bout! 3 tomes de 600 pages environ, écrit petits. Il fallait être motivée 😉

muchachas

Les Muchachas regroupent les histoires de plusieurs groupes de personnes, qui sont liés (les groupes, pas les personnes, enfin si mais pour l’accord, j’ai pris les groupes :-p ).

C’est la suite de la trilogie les «yeux jaunes des crocodiles», chose que j’avais oublié!!

Le premier groupe est principalement composé des survivants de ce premier opus.
– Josephine Cortes et ses filles, Hortense et Zoé, devenues adultes. Le père a été mangé par des crocodiles ! Elle est historienne et donne des cours à Lyon 😉
Sinon elle vit à Paris avec Zoé et son petit ami, qui passent le bac, ou à Londres avec Philippe.

– Philippe, dont la femme, Iris, est morte aussi (Je ne sais plus comment..), et qui était la soeur de Joséphine. Il vit à Londres.

– Shirley et son fils Gary, petit ami d’Hortense.  Elle vit à Londres et travaille avec Philippe.

Hortense est une chieuse (c’est pas objectif mais j’aime pas du tout son caractère), elle veut réussir dans la haute couture et est prête à écraser tout le monde. Elle vit à New York avec Gary, qui est dans une grande école pour être pianiste et vit dans la musique.
Cela tourne beaucoup autours d’eux. Le seul point positif c’est quand ça parle couture (surprenant,  non ? ).

Puis les nouveaux, principalement Stella, sa mère Leonie et son fils Tom. Ils vivent à St Chaland. Stella travaille dans une ferraille.

Tome 1 : un peu long… on (re)découvre les groupes de personnages en parallèle, dont un dont on ne voit pas le rapport avec les autres avant la fin (Stella, son fils Tom, sa mère.. ).

Tome 2 : tourne beaucoup autour d’Hortense et Gary, la première est assez énervante par son comportement de « je sais tout, je suis la meilleure », Gary, son chéri, est plus attachant.

Le groupe Stella… ne réapparait pas du tout dans ce tome. Surprenant !

Tome 3 : on passe d’un groupe à l’autre très souvent.

Gros défaut du livre : il n’y a pas de chapitre ! Tout s’enchaine, d’un paragraphe à l’autre, on passe d’un lieu à un autre, sans lien. J’ai trouvé cela un peu déstabilisant et pas pratique (même si un roman n’a pas à être pratique, l’avantage des chapitres c’est qu’on s’arrête à la fin d’une histoire avant d’en recommencer une autre – en tout cas, il y a une raison à la coupure).

Je suis néanmoins allée au bout, avec un gros doute … l’ai-je déjà lu ??? Plusieurs passages m’ont parlé, mais est ce parce que le film « les yeux jaunes de crocodile » a pris des passages des Muchachas ou est ce que je l’avais déjà lu ? Si quelqu’un a vu le film récemment, je veux bien échanger sur certaines scènes …

Tacli, m’avais tu passé tes livres ?

Ce n’était pas un coup de coeur (presque à m’ennuyer à certains passages), mais bon ça se lit.

Alors, vous êtes Pancol ou pas du tout ?